27 décembre 2012
Église à vendre
La Commission scolaire lorgne Sacré-Coeur-de-Jésus
Par: Jean-Luc Lorry
L'église Sacré-Coeur-de-Jésus située sur le boulevard Laframboise.

L'église Sacré-Coeur-de-Jésus située sur le boulevard Laframboise.

La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) souhaite acquérir l’église Sacré-Coeur-de-Jésus située sur le boulevard Lafamboise en vue de la convertir en gymnase multifonctionnel, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

En mars, le Conseil de fabrique de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin a mis en vente cette église en raison des coûts de rénovation et d’entretien jugés onéreux.

« Nous prévoyons transformer l’intérieur de l’église en plateau sportif qui serait destiné aux élèves de l’école Casavant et de René-Saint-Pierre », précise David Bousquet, membre du conseil des commissaires à la CSSH.Actuellement, la CSSH loue le Centre BMO et le Pavillon des Pionniers pour répondre aux besoins en installations sportives de l’école Casavant située à proximité de l’église Sacré-Coeur-de-Jésus. Quant aux élèves de l’école René-Saint-Pierre qui disposent d’un petit gymnase intérieur, ils seraient encore mieux desservis puisque l’église fait face à l’établissement scolaire.David Bousquet avance que la Commission scolaire pourrait aussi acquérir des espaces de stationnement situés face au fronton de l’église pour accommoder le personnel de l’école. La section boisée située à côté de la bâtisse pourrait être accessible aux étudiants. « Le presbytère pourrait accueillir une garderie ou une maternelle. Je pense qu’il y a un potentiel pour en faire un pôle éducatif pour le secteur », estime M. Bousquet.Le montant du projet déposé par la CSSH n’a pas été dévoilé. L’évaluation municipale de cette église comprenant le presbytère se chiffre à 1,4 M$.Une future vocation sportive de cet édifice construit entre 1946 et 1948 n’obligerait pas un changement de zonage. « Si la CSSH devient propriétaire, le zonage restera à usage institutionnel, ce qui ne serait pas le cas pour un projet résidentiel et compliquerait les choses », souligne M. Bousquet. Sans préciser l’identité des soumissionnaires, le chanoine Gaston Giguère, président de la Fabrique Saint-Thomas-d’Aquin dit avoir reçu des propositions autant du secteur public que privé. La Fabrique devrait désigner le projet retenu au début de l’année 2013.

La Ville passe son tour

Informée des intentions de l’Évêché de Saint-Hyacinthe de se départir de l’une des trois églises de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin, la Ville avait démontré son intérêt en faisant inspecter le bâtiment en début d’année par une firme d’architecte maskoutaine.

La municipalité était intéressée par cette église pour localiser définitivement sous un même toit, les clubs de judo, de boxe, d’haltérophilie et de gymnastique. La direction générale de la Ville indique que cette option n’a pu se concrétiser en raison de l’espace jugé insuffisant pour permettre la cohabitation de ces quatre clubs sportifs. « L’opportunité s’est présentée de composer éventuellement avec un projet de trois glaces privées. Ceci entraînerait la transformation du stade C.-A.-Gauvin en centre multisports qui accueillerait ces quatre disciplines sportives. Le problème de locaux serait enfin réglé », explique Louis Bilodeau, directeur général de la Ville.« Le projet de l’église ne règlait pas le problème du manque de places de stationnement. En plus, le Club sportif Gymnaska Voltigeurs n’y trouvait pas son compte », poursuit-il.La Ville et le conseil municipal avaient donc décidé de ne pas déposer d’offre pour acquérir l’édifice réligieux.

image