29 mars 2012
La concentration de la presse hebdomadaire inquiète
Par: Martin Bourassa

Les changements de propriétaires et les nombreux bouleversements qui secouent le monde des médias depuis plusieurs mois sont en train de modifier complètement le visage de la presse hebdomadaire québécoise. Et pas nécessairement pour le mieux, déplore l’Association de la presse indépendante du Québec (APIQ).

« En concentrant de plus en plus la presse hebdomadaire aux mains de deux seuls groupes de presse, soit Quebecor et Transcontinental, c’est 160 ans de journalisme indépendant au Québec qui sont en train de disparaître, et la diversité de la toile médiatique par la même occasion. Au-delà de cette diversité de regards et d’opinions sur l’actualité qui diminue, c’est la santé de la démocratie elle-même qui est en jeu », dit Josée Pilotte, présidente de l’APIQ et éditrice du journal hebdomadaire Accès Laurentides.

Afin de soutenir la presse indépendante et s’assurer qu’elle demeure vigoureuse, l’Association de la presse indépendante du Québec compte être de plus en plus présente en 2012, en multipliant ses interventions. L’APIQ dévoilera notamment sous peu, une campagne de sensibilisation aux effets négatifs de la concentration de la presse auprès de la population et des élus. L’APIQ s’inquiète d’autant plus de l’avenir de l’industrie des hebdos depuis l’annonce de l’annulation du congrès habituellement organisé par Hebdos Québec chaque année. L’APIQ s’interroge sur la perte éventuelle d’une organisation en charge de promouvoir l’industrie toute entière. Rappelons que l’APIQ a été fondée en novembre 2011 et compte à ce jour une trentaine de journaux indépendants de partout au Québec, dont Le Courrier de Saint-Hyacinthe.

image