23 octobre 2014
La conciliation travail-famille : une valeur ajoutée
Par: Le Courrier

Publicité
Activer le son

La conciliation travail-famille, qu’est-ce que c’est?

La conciliation travail-famille se définit comme étant la recherche d’équilibre entre les exigences et les responsabilités liées à la vie professionnelle et à la vie familiale. Pour l’employeur, cela consiste à offrir aux travailleurs une compatibilité entre ces sphères. La famille est une entité complexe qui impose d’organiser son temps autour de sa propre réalité, que ce soit pour prendre soin d’enfants ou de parents à charge. Dans un contexte de plein emploi, où les travailleurs ciblent de plus en plus les entreprises où ils souhaitent travailler selon les valeurs qui y sont véhiculées et les bénéfices qu’ils en retirent, les employeurs ont tout avantage à avoir une politique de conciliation travail-famille.

Quelle forme cela prend-il en entreprise?

Une politique de conciliation travail-famille comporte plusieurs volets avec comme trame de fond la flexibilité. Un des principaux aspects c’est la possibilité d’aménager le temps de travail. Par exemple, certains employeurs exigent que les employés soient présents entre 9 h et 16 h et laissent le reste de l’horaire flexible ou encore rendent possible l’aménagement de l’horaire sur 4 jours plutôt que 5. La possibilité d’utiliser les journées de maladie pour prendre soin de quelqu’un d’autre, la mobilité de ces journées et l’option de les fractionner en heures sont aussi des avantages considérables. Le télétravail occasionnel ou à temps plein est aussi une formule qui peut être attrayante lorsque cela s’applique au type de travail et à la personnalité du travailleur. Il permet d’augmenter la productivité, en plus de réduire les pertes de temps liées aux déplacements et le stress qui peut y être associé. Aussi, lorsqu’il est temps de prendre soin d’un proche, la possibilité de prendre un congé sans solde devient un avantage notable, et encore une fois, diminue le stress que génèrent les situations difficiles.

Les avantages pour le travailleur

Qu’en est-il du travailleur? Comment faire pour concilier le travail avec l’exigence qu’impose une jeune famille ou un proche malade? Le quotidien est truffé d’éléments prévisibles tels que les devoirs, les lunchs, les cours de tous et chacun, les rendez-vous de toutes sortes, mais il comporte aussi plusieurs imprévus auxquels il faut s’adapter comme les dix rhumes hivernaux, en plus de la classique épidémie de gastro printanière, le tout multiplié par le nombre de personnes dont on a la charge. Si, à cela s’ajoute un proche malade qui nécessite une attention particulière ou un enfant ayant des besoins spécifiques, même les as de l’organisation familiale et de la gestion du stress seront mis à l’épreuve. Alors vivement l’employeur compréhensif et flexible. Dans ces cas, une politique de conciliation travail-famille peut faire la différence entre partir ou rester, améliorer le bien-être et la qualité de vie et éviter l’épuisement et les symptômes dépressifs. Par le fait même, cela améliore le rendement et augmente la concentration et la disponibilité au travail. Cela a aussi un effet sur le niveau de confiance et la loyauté que l’employé a envers son employeur, en plus d’augmenter les sentiments d’accomplissement et d’importance.

Qu’en est-il pour l’employeur?

Les avantages d’une politique de conciliation travail-famille sont évidents pour le travailleur, mais qu’en est-il pour l’employeur? Est-ce si avantageux? Certainement! Tant que cela respecte les besoins de productivité ou de service de l’organisation et que le cadre est clairement défini. En effet, cela contribue à augmenter le niveau de rétention des employés et à attirer les travailleurs issus des jeunes générations, pour qui les valeurs familiales sont plus présentes et la main-d’oeuvre âgée de plus de 50 ans, qui doit prendre soin d’un proche ou de sa propre santé.

Certes, il y a plusieurs avantages, mais d’un point de vue productivité, y-a-t-il des risques? Lorsque cela est bien géré, il semblerait que les pratiques soient bénéfiques pour les entreprises en réduisant les coûts liés aux absences, aux retards et au roulement de personnel. Cela permet d’être proactif dans la gestion de l’organisation du travail plutôt que réactif en gérant du cas par cas quotidiennement. Il devient ainsi plus facile de planifier et de respecter des délais de production.

Il ne semble pas exister de réel inconvénient aux pratiques de conciliation travail-famille lorsqu’elles sont bien administrées et qu’elles respectent les besoins de productivité. En effet, les entreprises qui n’ont pas déjà mis en place de telles pratiques auraient avantage à s’y pencher, c’est certainement une valeur ajoutée pour tous!

image