31 août 2017
La construction repoussée au printemps, la Ville achète d’autres bâtiments
Par: Rémi Léonard
Toute cette portion de la rue Mondor devrait devenir un stationnement municipal de 87 places. Il sera situé juste en face du stationnement Centre-ville, près de la pharmacie Jean Coutu.   Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Toute cette portion de la rue Mondor devrait devenir un stationnement municipal de 87 places. Il sera situé juste en face du stationnement Centre-ville, près de la pharmacie Jean Coutu. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le magasin Longtest est inclus dans la transaction effectuée par la Ville. Selon les plans actuels, l’immeuble serait toutefois conservé. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le magasin Longtest est inclus dans la transaction effectuée par la Ville. Selon les plans actuels, l’immeuble serait toutefois conservé. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La construction d’une tour de quinze étages au centre-ville ne débutera pas comme prévu dès l’automne. La Ville de Saint-Hyacinthe a annoncé un report du chantier au printemps 2018, tout en mettant la main sur d’autres immeubles du secteur afin de créer des places de stationnement.

Les propriétés du groupe Léveillé ont été acquises par la Ville au coût de 1 325 000 $. Il s’agit d’une portion de 30 200 pieds carrés dans le quadrilatère formé par les rues Saint-Antoine, Mondor, Marguerite-Bourgeoys et Saint-Simon, près du stationnement à l’arrière de la pharmacie Jean Coutu et non loin du marché public.
Les plans de la Ville sont simples : démolir les bâtiments existants pour créer 87 nouvelles places de stationnement. Les immeubles visés abritent deux logements, dont les locataires seront pris en charge par l’Office municipal d’habitation de Saint-Hyacinthe, a précisé le maire Claude Corbeil. Du même coup, l’incertitude qui planait sur les propriétés de la rue Saint-François vient de se lever. « Il n’est plus question d’acquérir ces immeubles », a confirmé le maire. La solution actuelle « touche beaucoup moins de personnes », plaide-t-il.
Un centre d’enseignement de l’anglais et l’organisme d’Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes (APAJ) se trouvent aussi dans ces immeubles et devront être relogés. D’autres sections du périmètre sont déjà inoccupées, comme le centre Mondor. Du lot, seul le magasin Longtest resterait debout, a confirmé « sous toute réserve », le directeur général Louis Bilodeau. L’espace commercial pourrait donc être revendu par la suite.
Les démolitions se feront en « deux ou trois phases » a précisé le directeur général, au fur et à mesure que les espaces seront libérés, ce qui pourrait aller au plus tard jusqu’en août 2018. L’ensemble immobilier acquis par la Ville est évalué à un peu plus d’un million de dollars.
Juste à côté, les trois immeubles à logements de la rue Marguerite-Bourgeoys, acquis par la Ville l’an dernier, devraient également être démolis cet automne et permettre l’ajout de 52 autres cases de stationnement. Louis Bilodeau croit donc être en mesure de créer une centaine de places de stationnement au centre-ville avant le début du chantier de Réseau Sélection, au printemps.
Série de mesures d’atténuation
D’autres mesures seront mises en place pour remédier à l’éventuelle disparition des 180 cases du stationnement Intact, qui doivent servir d’emplacement à la tour de Réseau Sélection. Un contrat sera accordé à l’automne pour installer de l’affichage dynamique afin d’indiquer aux automobilistes le nombre d’espaces disponibles dans chacun des principaux stationnements municipaux.
L’immeuble où loge la Fédération des caisses Desjardins vient aussi d’être acheté par la Ville. Les 140 cases de stationnement qui s’y trouvent pourront éventuellement devenir disponibles. Le bail prend fin en décembre 2018, mais il y a une possibilité que le locataire libère les lieux plus tôt, a laissé entendre le maire.
À partir du 15 septembre, les cases de stationnement alentour du marché public et sur la rue des Cascades permettront de se garer 90 minutes au lieu de 60. Pendant la construction, un projet de navette gratuite au centre-ville et des vignettes de stationnement dédiées aux résidents de secteur sont aussi évoqués.
« Nous avons entendu vos préoccupations », a affirmé le maire Claude Corbeil en présentant la liste des mesures destinées à améliorer l’accès au centre-ville. Le report de la construction au printemps permettra de « faire baisser la pression et l’inquiétude » autour du projet de Réseau Sélection, a-t-il ajouté.
Réaction du promoteur
À la suite de cette annonce faite par la Ville de Saint-Hyacinthe concernant son projet, le promoteur a réagi par communiqué en donnant son appui aux solutions évoquées par la Ville et « s’engage même à bonifier le plan proposé », sans toutefois préciser comment « puisqu’il reste encore quelques éléments à ficeler », expose Herbert Nunes, vice-président du développement pour Réseau Sélection. Le projet est chiffré par le promoteur à 40 M$, alors qu’il a été présenté à la soirée d’information du 6 juin à 50 M$.

image