20 février 2020
Entre les lignes
La courtoisie
Par: Le Courrier

J’ai bien aimé ma rencontre avec le ministre Pierre Fitzgibbon lors de son passage devant la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe. Il est identique à l’image qu’il projette au quotidien dans les médias.

Publicité
Activer le son

Il est imposant et il donne l’heure juste. Avec lui, c’est zéro bullshit. Ce n’est pas pour rien qu’il occupe un ministère aussi stratégique que celui de l’Économie et de l’Innovation et qu’on parle de lui comme du ministre le plus influent (et le moins influençable) du gouvernement caquiste.

Alors quand, comme je l’ai fait, on le questionne sur un dossier aussi sensible que celui d’Exceldor, on sent qu’il sait de quoi il parle et qu’il avait justement envie d’aborder le sujet de front. Il ne s’est même pas défilé. Même pas proche.

Lorsqu’il affirme que la prochaine demande de la Ville de Saint-Hyacinthe (ou de la MRC) à la CPTAQ sera bonifiée par rapport à la première, on le croit sur parole. Idem quand il laisse sous-entendre que la ligne de dialogue est ouverte entre la CPTAQ et son ministère, même si la CPTAQ conserve toute son indépendance. Québec pourrait à tout le moins demander à la CPTAQ d’accélérer le traitement du dossier. Le ministre a aussi confié qu’il devait se rendre au siège social d’Exceldor à Lévis, mardi dernier, pour rencontrer la haute direction et visiter leurs installations. Ce qu’il a fait.

Cette rencontre m’avait été présentée comme une simple visite industrielle de courtoisie. Mais j’ai comme l’impression que le ministre n’a pas dû se contenter de si peu. J’aime à penser qu’il a dit à René Proulx, PDG d’Exceldor, qu’il devait bâtir son usine à Saint-Hyacinthe coûte que coûte, peu importe la décision de la CPTAQ. Que toute autre option serait inacceptable. Et qu’Investissement Québec saura présenter à la coopérative des arguments ($$$) pour la faire réfléchir à travers ses nombreux programmes d’aide et de support à l’innovation.

On ne demande pas à Exceldor de faire une fleur à la région de Saint-Hyacinthe. Mais la courtoisie la plus élémentaire serait de reconnaître l’engagement et la contribution de la région maskoutaine, des travailleurs et des producteurs de chez nous à son essor. Rien de plus, rien de moins mon René…

image