7 mai 2020
La COVID-19 au quotidien
Par: Rémi Léonard

Le trio habituel du gouvernement a quelque peu évolué au fil des points de presse, en fonction des sujets à l’ordre du jour ou des congés personnels. Horacio Arruda, François Legault et Danielle McCann sont néanmoins les plus présents. Photo Émilie Nadeau | Cabinet du premier ministre du Québec

Alors que le Québec commence tranquillement à reprendre vie et à s’adapter à une toute nouvelle normalité, le gouvernement Legault a surtout passé la dernière semaine à défendre son plan de réouverture et à expliquer ses ajustements.

Publicité
Activer le son

30 avril

Le premier ministre a insisté sur le caractère conditionnel de son plan de reprise. « Si la situation se détériore, il n’y aura pas de réouverture », a-t-il réitéré en parlant surtout de la métropole. « Je ne suis pas trop inquiet pour les régions », a-t-il admis. Il rappelle néanmoins que ce n’est pas le temps de recommencer à faire des rassemblements. Le Dr Arruda a dit constater un certain relâchement et il ne faudrait surtout pas qu’il devienne généralisé. Sinon, il sera particulièrement difficile de suivre l’évolution de la maladie, a-t-il expliqué.

Le premier ministre a aussi averti que le nombre de décès n’est pas près de redescendre à court terme en raison de la propagation de la maladie dans les CHSLD, où il y a en ce moment 4400 personnes infectées. « On va essayer d’en sauver le maximum, mais faut être réaliste, il va continuer à y avoir beaucoup de décès », a-t-il admis.

Le bilan du jour illustre ce problème puisque 98 nouveaux décès sont à déplorer, dont 92 provenant des résidences. Les hospitalisations atteignent 1684, en hausse de 36 depuis la veille, mais on retrouve huit patients de moins aux soins intensifs, c’est-à-dire 214. Les cas confirmés grimpent de 944, pour un total de 25 738.

1er mai

Le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a présenté la stratégie de dépistage qui sera appliquée au fur et à mesure que le Québec commencera à se déconfiner. De 6000 tests par jour, l’objectif est de passer à 14 000 et de maintenir ce cap pour les « prochaines semaines », a informé le Dr Arruda. C’est du « jamais vu » au Québec, a-t-il soutenu, parlant d’un exercice de dépistage « massif ».

Jusqu’à maintenant, 220 000 tests ont été réalisés. Ils visaient surtout les personnes pour qui le risque de contagion était plus élevé, comme les travailleurs de la santé ou les résidents en CHSLD, par exemple. Le dépistage sera maintenant élargi aux personnes dans la population en général qui éprouvent des symptômes du virus ainsi que ceux qui ont eu des « contacts étroits » avec des personnes infectées. Les personnes symptomatiques pourront contacter une ligne téléphonique dédiée pour obtenir un rendez-vous en 24 h. Une « attention particulière » sera accordée aux endroits en réouverture, comme les écoles, les garderies et les usines.

Une répartition régionale sera aussi effectuée pour prioriser les régions particulièrement touchées. C’est déjà prévu pour le nord-est de Montréal, a indiqué Horacio Arruda. Une nouvelle méthode pour procéder aux tests par expectoration (crachat) pourrait simplifier le dépistage, a-t-il aussi évoqué. L’objectif de cette stratégie est de détecter les cas positifs, enquêter sur ceux-ci afin de remonter la chaîne de transmission et, enfin, d’isoler les personnes contagieuses, a résumé le Dr Arruda.

En toute logique, il faudra s’attendre à une augmentation du nombre de cas avec l’augmentation du nombre de tests. « Plus on teste, plus on trouve », a-t-il résumé.

4 mai

À la lumière des hospitalisations recensées hors du Grand Montréal, le gouvernement Legault maintient les dates de réouverture données la semaine dernière, notamment pour les écoles et les garderies (11 mai). Par contre, comme la situation est plus « serrée » dans les hôpitaux montréalais, François Legault annonce le report d’une semaine de l’ouverture des commerces dans le Grand Montréal. Cette annonce ne change pas la situation à Saint-Hyacinthe, qui se trouve en dehors de la Communauté métropolitaine de Montréal. Il y a une « marge de manœuvre » beaucoup plus grande dans les régions que dans la métropole, soutient Legault.

Le premier ministre envisage une période « d’ajustements » dans les premiers jours du retour en classe. « Ça ne sera pas parfait la première journée », a-t-il admis, appelant à la « débrouillardise » des gens du milieu de l’éducation. Le gouvernement va « permettre » aux enseignants de porter un « couvre-visage » s’ils le souhaitent, a indiqué M. Legault. « Il n’y a pas de guide d’opération pour rouvrir les écoles en situation de pandémie. C’est la première fois qu’on fait ça », a rappelé le PM.

Il fait un nouvel appel à la population à venir aider dans les CHSLD. Les postes vacants ont été pourvus, mais les employés sont « fatigués », a reconnu le PM, qui demande donc des renforts parmi ceux qui peuvent travailler à temps plein dans la région de Montréal. La situation est toujours « difficile » dans les CHSLD, reconnaît Legault. Au bilan du jour, 72 des 75 nouveaux décès y sont concentrés, a-t-il informé. Le nombre total de décès s’élève à 2280 au total.

5 mai

Après deux mois de confinement, le gouvernement Legault veut maintenant permettre aux proches aidants de revenir dans les résidences, en plus d’assouplir certaines restrictions imposées aux aînés. Ne pas pouvoir voir ses enfants depuis aussi longtemps, « ce n’est pas humain », a statué le premier ministre. Les proches aidants pourront donc revenir dans les résidences, alors que certaines directions d’établissements restreignaient de manière importante ces visites. Dorénavant, ce sera à l’établissement de justifier le refus.

Les sorties à l’extérieur seront également permises, sous certaines conditions, dans les résidences privées. Il faut que nos aînés retrouvent « un peu de liberté », a dit François Legault, avertissant qu’il ne « faut pas protéger la santé physique au détriment de la santé mentale ». Ce sera possible seulement pour les résidences où aucun cas de coronavirus n’est signalé. Il faudra toujours respecter la distanciation de deux mètres, le lavage des mains à l’entrée et à la sortie et le port d’un couvre-visage dans les lieux publics.

Dans le réseau de la santé, le manque de personnel reste le problème principal, a indiqué François Legault. Il multiplie à nouveau les appels à la population pour venir aider à temps plein dans les CHSLD ou à revenir travailler dans le réseau puisqu’il y a actuellement 11 200 absences, a-t-il indiqué. De nouvelles primes salariales sont en préparation pour favoriser le travail à temps plein, a informé le PM.

Il fait aussi un appel à la « souplesse et à la flexibilité » en vue de la réouverture des écoles et des garderies en région, prévue dès lundi. Les acteurs du milieu doivent se mettre « en mode solution » et non chercher des problèmes, a-t-il averti.

Le bilan est toujours en progression avec 794 nouveaux cas, pour un total de 33 417 cas. Les décès font malheureusement un bond important (+118) pour atteindre 2398. Les hospitalisations sont en hausse de 49, ce qui porte le total à 1821 patients et la situation est stable aux soins intensifs (218).

6 mai

Québec insiste à nouveau sur l’importance de protéger la santé mentale de la population, pas seulement la santé physique. En remplacement de François Legault, la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a annoncé un plan d’action de 31 M$ en santé mentale. Ces fonds serviront à « déployer plus de ressources » pour soutenir les personnes qui ont besoin d’aide, par exemple en raison de l’isolement causé par le confinement.

Il y a sept fois plus de gens qui ont signalé des situations de détresse depuis le début de la crise actuelle, a exposé la ministre de la Santé, Danielle McCann. Les fonds pourront par exemple servir à bonifier le service 811 et à aller chercher des spécialistes qui travaillent normalement dans le privé, a précisé la ministre. En parlant de la santé mentale et de la santé physique, elle a rappelé « qu’il ne faut pas négliger l’une au profit de l’autre » et de ne surtout pas hésiter à demander de l’aide si on pense en avoir besoin.

Québec précise par ailleurs l’âge à partir duquel les personnes sont considérées à risque des complications de la COVID-19, qui s’établit maintenant à 70 ans, alors que la limite de 60 ans a été évoquée auparavant. Les travailleurs de 60 à 69 ans pourront donc retourner au travail, incluant dans les écoles, a précisé la vice-première ministre. Pendant le déconfinement, il faudra toujours respecter les consignes de la santé publique, comme la distanciation de deux mètres.

Dans les garderies, l’ouverture se fera à 30 % de la capacité, pour augmenter progressivement. La vice-première ministre demande donc la compréhension des parents pour la « logistique supplémentaire ».

Le bilan provincial s’alourdit de 112 nouveaux décès, pour un total de 2510 décès depuis le début de la crise. Les cas confirmés grimpent aussi de 910, pour un total de 34 327. Il y a maintenant 1840 personnes hospitalisées, en hausse de 19, et 213 patients aux soins intensifs, en baisse de 5.

image