21 mai 2020
La COVID-19 prolifère encore
Par: Maxime Prévost Durand

Près du quart des 87 résidents du Manoir Deauville, une ressource intermédiaire du secteur Douville, ont contracté la COVID-19. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un peu plus de deux mois après l’arrivée de la pandémie au Québec, la COVID-19 se propage plus que jamais au Centre d’hébergement de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe. Elle frappe également fortement au Manoir Deauville, une ressource intermédiaire dans le secteur Douville, où près du quart des résidents ont été infectés.

Publicité
Activer le son

En date de mercredi, pas moins de 21 des 87 résidents du Manoir Deauville étaient atteints de la COVID-19, a confirmé le conseiller aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Hugo Bourgoin, en réponse à des informations obtenues par LE COURRIER. Une dizaine d’employés auraient aussi été déclarés positifs, a-t-on appris, mais cette donnée n’a pas été abordée dans le bilan dressé par M. Bourgoin.

« Tous les usagers touchés ont été regroupés dans une zone chaude où une équipe dédiée a été affectée. Tous les [autres] résidents du Manoir Deauville sont par ailleurs confinés à leur chambre et le suivi des signes et symptômes de la COVID-19 est assuré avec eux », a-t-il mentionné, sans préciser si tous les résidents avaient été testés. On ne sait pas non plus depuis quand le virus est présent dans les murs de cette résidence privée, reconnue comme ressource intermédiaire et partenaire du CISSS de la Montérégie-Est.

C’est une information du public qui nous a mis la puce à l’oreille en début de semaine quant à cette situation au Manoir Deauville. LE COURRIER a tenté de joindre un membre de la direction mardi, mais n’a pas eu de retour d’appel avant de mettre sous presse.

Contrairement aux résidences privées pour aînés (RPA) et aux centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), les ressources intermédiaires (RI) ne figurent pas parmi les chiffres partagés par le gouvernement en lien avec la situation dans les milieux de vie pour personnes aînées et vulnérables.

Hôtel-Dieu : première grande éclosion

Du côté de l’Hôtel-Dieu, une première grande éclosion de COVID-19 touche des résidents permanents du centre d’hébergement.

En une semaine, une vingtaine de résidents ont reçu un diagnostic positif, s’ajoutant aux trois autres qui avaient été infectées depuis le début de la crise. Ces personnes ont dû être transférées à l’unité du Parc, désignée comme une zone chaude pour accueillir les cas de COVID-19.

Celle-ci a d’ailleurs dû être agrandie en raison de cette éclosion, alors que sa capacité est passée de 39 lits à 49 lits. Elle est presque occupée au maximum de sa capacité alors qu’on y retrouve 48 personnes qui combattent la COVID-19. De ce nombre, on compte les 23 résidents permanents de l’Hôtel-Dieu infectés et 25 autres résidents provenant de l’extérieur, soit de RI ou de RPA qui n’ont pas de zone où isoler les personnes atteintes de la maladie.

Avec une marge de manœuvre devenue presque inexistante à l’unité du Parc de l’Hôtel-Dieu, le CISSS de la Montérégie-Est affirme surveiller la situation quotidiennement. « Nous évaluons d’autres pistes de solution », a indiqué Hugo Bourgoin.

Malgré cette situation, les proches aidants sont toujours admis à l’Hôtel-Dieu, a-t-il soutenu.

Un premier cas a également été répertorié parmi les résidents de l’autre CHSLD de la région, le Centre d’hébergement Andrée-Perreault. Celui-ci a été transféré vers une zone dédiée à la COVID-19, a précisé M. Bourgoin. Un employé de l’établissement de la rue Pratte a aussi reçu un diagnostic positif et a été retiré du milieu de travail.

Quant à l’éclosion qui sévissait à l’Hôpital Honoré-Mercier depuis près de deux semaines, on recensait mercredi 18 usagers et 23 travailleurs de la santé infectés. Il s’agit d’une augmentation de 5 cas chez les usagers et de 7 cas chez les employés dans la dernière semaine. Rappelons que les patients déclarés positifs à la COVID-19 sont transférés vers des hôpitaux dédiés à accueillir les personnes infectées, soit l’Hôpital Pierre-Boucher de Longueuil et l’Hôpital Charles-Lemoyne de Greenfield Park.

La MRC loin d’être épargnée

Comme en témoigne la situation décrite plus haut, le nombre de cas continue de grimper dans la MRC des Maskoutains. Elle montrait d’ailleurs, en date de mardi, la troisième hausse la plus importante enregistrée dans la dernière semaine parmi les 13 MRC de la Montérégie avec 63 nouveaux cas confirmés.

On recense maintenant 227 personnes ayant reçu un test positif sur le territoire, dont 166 à Saint-Hyacinthe. À Saint-Pie, ce chiffre s’élève maintenant à 14, tandis que l’on compte 8 cas à Saint-Damase, toujours 7 à Saint-Liboire et 6 à Sainte-Hélène. Sainte-Madeleine s’est aussi ajoutée à la liste des municipalités cumulant plus de cinq cas alors qu’on y retrouve au moins 12 personnes infectées.

image