14 mai 2020
Une éclosion affecte une trentaine de personnes
La COVID-19 s’infiltre à l’Hôpital Honoré-Mercier
Par: Maxime Prévost Durand

Pas moins de 13 patients de l’Hôpital Honoré-Mercier ont été infectés à la COVID-19 dans les derniers jours, en plus de 16 employés. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Plutôt épargné jusqu’ici, l’Hôpital Honoré-Mercier est victime d’une première grande éclosion de la COVID-19. Tout près d’une trentaine de personnes ont reçu un diagnostic positif dans les derniers jours, soit au moins 13 usagers et 16 employés.

Publicité
Activer le son

L’ensemble des patients infectés ont contracté la COVID-19 alors qu’ils se trouvaient à l’Hôpital Honoré-Mercier, a confirmé le conseiller aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Hugo Bourgoin. Ces personnes ont été transférées à l’Hôpital Pierre-Boucher, de Longueuil, désigné par le ministère de la Santé pour traiter les patients atteints de la COVID-19. Les employés atteints ont pour leur part été retirés du milieu de travail et placés en isolement.

« Une enquête épidémiologique est en cours pour déterminer la provenance du virus », a mentionné M. Bourgoin.

Selon un article de Radio-Canada, l’éclosion toucherait deux unités de médecine générale, lesquelles ont dû cesser leurs admissions pour une période de 28 jours. Certaines opérations ont dû être repoussées, comme des chirurgies électives, mais aucune urgence n’a été annulée, était-il rapporté.

Il a fallu peu de temps pour que la situation prenne de l’ampleur à l’Hôpital Honoré-Mercier. Les premiers échos de cette éclosion, tel que rapporté dans un reportage de NousTV Saint-Hyacinthe, faisaient état de cinq usagers et cinq employés atteints en date du 7 mai. À peine cinq jours plus tard, on parlait du triple de personnes infectées.

En entrevue à Radio-Canada, le président par intérim de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Est, Alexandre Bégin, a soulevé le fait que les travailleurs touchés par l’éclosion auraient pu être infectés en allant prêter main-forte dans des CHSLD, même si une contamination s’étant produite dans la communauté est également possible. « Notre théorie, c’est que des employés se sont déplacés de zones chaudes à des zones froides », a-t-il soutenu.

Une infirmière de l’Hôpital Honoré-Mercier avait notamment décrié sur les réseaux sociaux, il y a quelques semaines, qu’on l’avait obligée à se rendre dans une résidence à l’extérieur de Saint-Hyacinthe où il y avait des cas de COVID-19.

De son côté, le CISSS de la Montérégie-Est indique depuis quelques semaines qu’il tente autant que faire se peut d’éviter ces situations, mais il semble que certains employés soient toujours appelés à se déplacer.

Depuis le début de la crise, 15 usagers de l’Hôpital Honoré-Mercier ayant reçu un diagnostic positif de la COVID-19 ont été transférés vers l’Hôpital Pierre-Boucher, a indiqué M. Bourgoin. C’est donc dire que seulement deux patients auraient été infectés avant l’éclosion actuelle.

Du côté de l’Hôpital Pierre-Boucher, un total de 96 lits répartis sur trois unités sont spécifiquement dédiés à accueillir des cas de COVID-19. L’unité des soins intensifs peut accueillir jusqu’à 27 patients de plus en cas de besoin.

Quant au personnel de la santé, pas moins de 62 employés du Réseau local de santé Richelieu-Yamaska, comptant les établissements de soins de Saint-Hyacinthe, Beloeil et Acton Vale, ont reçu un diagnostic positif depuis le début de la pandémie. C’est une dizaine de plus qu’il y a une semaine.

Maintenant quatre décès à l’Hôtel-Dieu

Deux autres personnes ont perdu leur combat contre la COVID-19 dans la dernière semaine à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe, portant à quatre le nombre de décès parmi les personnes ayant été transférées sur l’unité du Parc, où sont isolées les personnes infectées, depuis le début de la pandémie.

La maladie a également continué de faire des siennes à l’extérieur de l’unité du Parc. Deux résidents de l’unité de la Gare ont été infectés dans la dernière semaine, s’ajoutant à un premier résident qui avait été déclaré positif il y a un peu plus de deux semaines sur l’unité des Moissons.

Pas moins de quatre employés de l’Hôtel-Dieu ont aussi été infectés depuis le début de la crise. L’ensemble des résidents qui se trouvent sur les unités auxquelles ils étaient attitrés ont été testés. Aucun cas n’a été détecté sur les unités du Palais et du Marché et tous les résultats obtenus jusqu’ici pour les résidents de l’unité du Verger se sont révélés négatifs. Le dépistage des employés et des résidents de l’unité de la Gare était par ailleurs en cours lorsque M. Bourgoin a répondu à nos questions mercredi matin.

L’unité du Parc a maintenant atteint la moitié de sa capacité alors que 20 résidents positifs ou suspectés de COVID-19 y sont hébergés actuellement. On y retrouve les trois cas détectés au sein même de l’Hôtel-Dieu, mais également des personnes provenant de résidences privées pour aînés et de ressources intermédiaires. Parmi toutes les personnes qui sont passées par l’unité du Parc depuis le début de la crise, 16 ont pu réintégrer leur milieu de vie.

Notons que les aidants naturels sont de retour à l’Hôtel-Dieu depuis vendredi dernier. Ils doivent notamment être dépistés avant d’y revenir, en plus de respecter de nombreuses directives.

Dans l’ensemble de la MRC des Maskoutains, on dénombre maintenant 179 cas confirmés, dont au moins 123 à Saint-Hyacinthe, 10 à Saint-Pie, 7 à Saint-Damase et à Saint-Liboire, puis 5 à Sainte-Hélène. Une vingtaine d’autres cas sont recensés ailleurs dans la MRC, sans que ce ne soit précisé où.

image