9 juillet 2020
La COVID de Bruno Gervais
Par: Félix-Antoine Bourassa

Bruno Gervais a profité des vacances forcées de la pandémie pour souffler un peu et passer du bon temps en famille. Il a aussi poursuivi à distance l’animation de son émission Max et Bruno. Photo capture d’écran RDS

Animateur à l’émission Max et Bruno présentée sur les ondes du Réseau des Sports (RDS) et analyste des matchs du Rocket de Laval, Bruno Gervais a vu la COVID-19 lui offrir des vacances forcées. Un mal pour un bien.

Publicité
Activer le son

Même si plusieurs ont trouvé l’isolement obligatoire difficile, le Maskoutain est un de ceux qui ont su en tirer avantage. Après 13 saisons passées à exercer sa passion du hockey au sein des circuits les plus compétitifs au monde et à titre de chroniqueur à RDS depuis 2017, l’ancien capitaine des Gaulois du Collège Antoine-Girouard n’aura jamais eu autant de temps en compagnie de sa famille. « J’ai passé une super COVID! C’est certain qu’il y a eu un ajustement à faire avec l’école à la maison des enfants, mais le fait d’avoir une routine stable a été un gros plus. J’ai enfin pu passer du bon temps avec ma famille. »

Bruno et son grand ami Maxime Talbot ont eu la chance de poursuivre leur émission à distance et, nonobstant le manque de nouvelles de sport, les deux anciens du circuit Bettman ont quand même réussi à livrer la marchandise. « Nous avons fait une dizaine d’émissions et ça vraiment bien été. Chapeau à l’équipe technique! J’ai vraiment été impressionné par l’équipe derrière la caméra. Elle nous a rendu le travail facile et j’ai vraiment eu du plaisir. » Avec Claude Giroux, Marc-André Fleury, les frères Scheen et Sean Couturier, pour ne nommer que ceux-là, la qualité des invités aura été au rendez-vous. « Eux aussi étaient confinés à leur domicile, on avait l’embarras du choix! »

Dossier LNH

Gervais ne s’en cache pas, il trouve le dossier des séries éliminatoires très complexe. « C’est un dossier délicat qui comporte des risques pour chacune des équipes. Toutefois, les joueurs de la Ligue nationale sont des hommes en santé. Avec tout le personnel en place et le protocole qui sera en vigueur, ça devrait bien aller. » Celui qui habite maintenant Mont-Saint-Hilaire n’est toutefois pas surpris que la LNH n’ait pas lâché le morceau concernant la reprise des matchs malgré la COVID-19. « Pour avoir été sur plusieurs dossiers avec Gary Bettman, je sais qu’il est très entêté. »

Même à 35 ans, il est de ceux qui retourneraient jouer en séries éliminatoires. « C’est tellement une chance de jouer en séries, dit-il. Retourner jouer, c’est un risque, mais tous les jours, on fait face à des risques. Le risque est partout. »

Celui qui n’a participé qu’une fois au bal printanier avec les Islanders de New York en 2007 ne cache pas qu’il adore le format des séries qui a été élaboré par la Ligue nationale. « J’adore le nouveau format des séries! C’est une bonne idée de laisser la chance à plus d’équipes de participer à cette course. En Europe, c’était comme ça et je dois avouer qu’au début, je trouvais ça bizarre, mais j’ai adoré l’expérience. Même que ça devrait rester. » Et pour ceux qui pensent que le Canadien devrait perdre délibérément dans le but de mettre la main sur le premier choix au repêchage, Gervais a un message : « Jamais un joueur ne va vouloir perdre un match de hockey en séries. Un joueur professionnel veut gagner et rien d’autre. Ils vont tous y aller all in. »

image