14 août 2014
Une rentrée publique prévue pour 2015-2016
La CSSH acquiert les locaux du Séminaire
Par: Jennifer Blanchette
Les installations du Séminaire passent officiellement aux mains de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a donné son aval au projet. On wreconnaît dans l’ordre Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, le ministre Bolduc, Richard Flibotte, président de la CSSH, Caroline Dupré, directrice générale de la CSSH, et le chanoine Jean Corbeil. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les installations du Séminaire passent officiellement aux mains de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a donné son aval au projet. On wreconnaît dans l’ordre Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, le ministre Bolduc, Richard Flibotte, président de la CSSH, Caroline Dupré, directrice générale de la CSSH, et le chanoine Jean Corbeil. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) a reçu le feu vert du ministère de l’Éducation (MELS) pour acquérir les locaux de l’ancien Collège Antoine-Girouard. Pour la première fois en plus de 200 ans, des élèves du réseau public franchiront les portes de l’établissement à la rentrée 2015-2016.

publicité

De passage à Saint-Hyacinthe, le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, a confirmé que la moitié de ce projet de 8,8 M$ était subventionné par Québec.

Cet appui ministériel de 4,39 M$ figure d’ailleurs au centre de l’entente de principe passée entre la CSSH et la Corporation du Séminaire au mois d’avril.

La balance du montage financier repose sur la cession de terrains vacants à la Corporation et sur la contribution de 1 M$ de l’Oeuvre Antoine-Girouard, ce qui permet à la CSSH de mettre la main sur une école, cinq plateaux sportifs, deux terrains de soccer et un auditorium.

L’intérêt de la CSSH envers les locaux du Séminaire avait été décuplé après que la subvention ministérielle, au départ versée pour financer la construction d’un centre multisports à l’école Fadette, ait été octroyée selon une version désuète du projet de plateaux sportifs.

Le président de la CSSH, Richard Flibotte, avait alors indiqué qu’il « souhaitait s’asseoir avec les gens du Ministère pour tenter d’optimiser les sommes ».

Bien que l’entente ne soit pas encore paraphée, tant l’organisation scolaire que les responsables du Séminaire s’entendent pour dire que la transaction est conclue.

« Comme 21e supérieur du Séminaire, je n’aurais jamais pensé apposer un jour ma signature pour la vente d’une partie de cet immeuble imposant de la ville de Saint-Hyacinthe, a exprimé le chanoine Jean Corbeil. Cependant, soyez assurés que messire Antoine-Girouard et toute la population de Saint-Hyacinthe regardent ce projet avec beaucoup d’enthousiasme, car l’oeuvre éducative de messire Girouard se poursuivra pour de nombreuses générations. »

Le chanoine Corbeil a profité de l’occasion pour remettre à Yves Bolduc un livre commémorant le 200e anniversaire du Séminaire.

Dominos scolaires

Le ministre Bolduc, qui a eu vent des visées de la CSSH seulement en juin, a souligné « qu’en plus d’être une bonne nouvelle, ce projet permettra de générer des économies de plus de 11 M$ en évitant la construction d’une école primaire » d’ici quelques années.

En effet, la CSSH envisage de déménager le centre de formation des Maskoutains (CFM) dans les locaux de l’école Casavant et de redonner à l’immeuble du CFM sa vocation initiale, soit celle d’école primaire.

Au cours des quatre prochaines années, il y aura près de 600 élèves de niveau primaire de plus à Saint-Hyacinthe.

Si la CSSH entend s’adonner à ce jeu de dominos d’ici 2015, elle ne sait toujours pas quelle clientèle fréquentera son établissement scolaire fraîchement acquis.

Le comité mixte chargé de revoir la structure scolaire au niveau secondaire à Saint-Hyacinthe a mis sur la table trois propositions, dont celle d’unifier les écoles Fadette et Casavant et de répartir les élèves dans deux bâtiments. Les suggestions du public, déposées sous forme de mémoire, ont aussi été recueillies.

Les citoyens et organismes sont invités à présenter leur mémoire aux commissaires lors d’une assemblée de consultation publique tenue le 25 août. Ces derniers rendront leur décision le 16septembre.

image