28 novembre 2013
Achat du Collège Antoine-Girouard
La CSSH n’attend que le feu vert du MELS
Par: Le Courrier
L'issue de la rencontre entre le MELS et la CSSH déterminera si l'organisation scolaire pourra mettre la main sur le défunt Collège Antoine-Girouard.

L'issue de la rencontre entre le MELS et la CSSH déterminera si l'organisation scolaire pourra mettre la main sur le défunt Collège Antoine-Girouard.

Le projet d’acquisition du Collège Antoine-Girouard par la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) franchira une étape décisive vendredi, alors que l’organisation rencontre le ministère de l’Éducation (MELS) pour en discuter.

Publicité
Activer le son

Pour l’occasion, le sous-ministre adjoint du MELS, Luc Fournier, sera de passage à Saint-Hyacinthe afin d’évaluer la proposition de la direction de la CSSH, à savoir l’achat du Collège.

Rappellons que cette réunion s’était d’abord avérée nécessaire après que le MELS ait octroyé la somme de 4,3 M$ en subvention pour une version périmée du projet d’infrastructures sportives à l’école secondaire Fadette. La directrice générale de la CSSH, Caroline Dupré, avait par la suite avoué qu’il serait plus judicieux de profiter des locaux vacants du CAG plutôt que de bâtir un centre multisports à Fadette. Les rumeurs suggérant que la CSSH ait déjà déposé une offre d’achat au conseil d’administration du Séminaire de Saint-Hyacinthe – l’entité propriétaire du CAG – ont rapidement été démenties par l’organisation scolaire. « La CSSH ne peut pas procéder tant et aussi longtemps que le MELS n’aura pas approuvé nos démarches », a assuré Sagette Gagnon, régisseuse aux communications de la CSSH. Advenant que la transformation du CAG en une école publique ne trouve pas écho auprès du Ministère, la CSSH s’en remettra au centre multisports à l’école Fadette, car « les délais raisonnables pour se procurer des plateaux sportifs ont été atteints ». Si les documents officiels n’ont pas été signés, cela n’a pas empêché la CSSH et Ray-Marc Dumoulin, désigné par le Séminaire pour encadrer la vente du CAG, de s’engager dans de « sérieux pourparlers ». M. Dumoulin a indiqué au COURRIER que la Commission scolaire représentait un « prospect très intéressant. Le Collège était une école alors c’est logique que ce soit une autre école qui s’y installe. L’environnement est adapté en conséquence ». Selon le représentant du Séminaire, la question du prix n’a pas encore été abordée entre les deux parties.

image