1 octobre 2015
La députée Morin tire le rideau
Par: Jean-Luc Lorry
Le bureau de circonscription de Saint-Hyacinthe de la députée néodémocrate Marie-Claude Morin est fermé depuis plusieurs jours. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le bureau de circonscription de Saint-Hyacinthe de la députée néodémocrate Marie-Claude Morin est fermé depuis plusieurs jours. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

En toute discrétion, et à trois semaines des élections, la députée néodémocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, a fermé son bureau de circonscription la semaine dernière et mis fin à ses services aux citoyens.

Publicité
Activer le son

Élue en mai 2011, Marie-Claude Morin avait annoncé l’été dernier qu’elle ne briguerait pas un second mandat.

Le local loué par la députée fédérale sur la rue des Cascades à Saint-Hyacinthe a été vidé ce lundi.

« La Chambre des communes nous a ­poussés dans le dos pour fermer nos ­bureaux dès que possible. Comme le mobilier et l’équipement appartiennent à la Chambre, celle-ci doit procéder à un inventaire de ses biens », explique Pierre Michaud, ex-adjoint de circonscription qui était ­responsable des relations communautaires.

En début de semaine, un camion de ­déménagement a transféré l’ensemble des biens mobiliers du bureau de circonscription dans un entrepôt de Montréal.

Dès la dissolution du Parlement, un ­député sortant qui n’est pas candidat semble libre de désigner la journée où lui et son équipe tirent le rideau.

« Un député qui ne se présente pas aux ­prochaines élections devra fermer ses ­bureaux parlementaire et de circonscription au plus tard le jour de l’élection », précise sur le sujet Heather Bradley, directrice des ­communications au Bureau du Président de la Chambre des communes.

Assistance aux citoyens

Depuis quelques jours, il n’est plus possible pour un citoyen d’obtenir une assistance du bureau de la députée fédérale locale.

« Je suis désolé, mais la personne que vous demandez possède une boîte vocale qui n’a pas encore été créée. Au revoir », peut-on ­entendre lorsque l’on contacte le bureau de Saint-Hyacinthe ou celui d’Acton Vale.

Au bureau d’Ottawa, un message cette fois enregistré par un membre de l’équipe de Marie-Claude Morin invite les citoyens à contacter le bureau de circonscription de Saint-Hyacinthe ou de laisser un message.

Pierre Michaud suggère aux citoyens qui désirent communiquer avec les ministères et agences du gouvernement fédéral de ­composer le 1 800 622-6232. « Il s’agit du centre d’appels du gouvernement fédéral, à partir duquel les demandes sont transférées aux divers ministères », précise M. Michaud.

Celui-ci assure que tous les dossiers de ­citoyens en suspens ont été traités par le ­bureau de circonscription.

« Mon collègue Yvon Bélanger (adjoint de circonscription responsable des dossiers ­citoyens) a réglé toutes les demandes ­d’accompagnement », mentionne M. ­Michaud.

Depuis la fermeture du bureau fédéral de circonscription, chaque membre de l’équipe de Mme Morin (quatre employés) a reçu une indemnité de fin d’emploi correspondant à son salaire pendant 60 jours.

Quant à Marie-Claude Morin elle continue à percevoir sa rémunération et à conserver son régime de soins de santé et de soins ­dentaires pendant la période de dissolution du Parlement.

Interrogée sur le sujet, la candidate ­néodémocrate dans Saint-Hyacinthe-­Bagot, Brigitte Sansoucy, n’est pas ­surprise par la fermeture des bureaux de Mme Morin.

« La dernière fois que j’ai croisé Marie-Claude remonte à la fin mai, lors du souper-bénéfice du Club Optimiste Douville où elle m’avait avisée qu’elle devait vider son local », indique Mme Sansoucy.

La candidate va s’assurer que les services aux citoyens soient maintenus malgré cette fermeture. Ainsi, le bureau du député néodémocrate de Drummondville, François ­Choquette, devrait prendre le relais de ­Marie-Claude Morin jusqu’à la tenue des élections.

image