19 juillet 2012
Le beau risque de Marie-Claude Morin
La députée veut un tunnel à quatre voies
Par: Le Courrier

La députée Marie-Claude Morin appuie la Ville de Saint-Hyacinthe dans sa recherche de subventions pour la construction d’un tunnel à quatre voies qui traverserait la voie ferrée du CN dans le prolongement du boulevard Casavant. Elle souhaite même faire de ce dossier une priorité régionale.

publicité

Selon elle, il est primordial que le gouvernement fédéral « s’implique convenablement » afin d’offrir un réel choix aux citoyens qui seront appelés à trancher la question au cours des prochains mois. C’est ainsi qu’elle a interpellé le ministre des Transports, Denis Lebel, afin d’obtenir une aide financière significative.

En juin, LE COURRIER avait révélé que le projet du tunnel à quatre voies coûterait 28,7 M$ à la Ville de Saint-Hyacinthe. Un tel emprunt aurait un impact bien réel sur le compte de taxes des Maskoutains. Les élus municipaux ont déjà assuré que la décision de construire un tunnel ou un passage à niveau reviendrait aux citoyens.« Ce que je veux, c’est que les gens aient des réponses à leurs questions avant de prendre une décision, a déclaré la députée. Si la Ville obtient des subventions, ce n’est plus le même impact sur le compte de taxes. Il faut connaître les paramètres avant de faire un choix. » Le parc industriel Olivier-Chalifoux génère une importante activité économique et attire des investissements substantiels, a rappelé la députée. La réalisation d’un tunnel à quatre voies plutôt qu’un passage à niveau faciliterait l’accessibilit�� au parc ainsi qu’aux grandes artères commerciales et industrielles. « Du même coup, on mise sur le développement économique et la création d’emplois pour Saint-Hyacinthe, la MRC et toute la circonscription. »La députée fédérale évoque aussi la sécurité des usagers du boulevard Casavant, une question évacuée du débat jusqu’ici par les préoccupations pécuniaires.« Je ne suis pas une experte du réseau routier, mais je suis convaincue qu’un tunnel est plus sécuritaire qu’un passage à niveau pour les cyclistes et les piétons, qui seront de plus en plus nombreux dans ce secteur en développement. Il est possible d’encourager l’essor des industries tout en favorisant un milieu de vie intéressant et sécuritaire. »La jeune néodémocrate n’est toutefois pas sans savoir que la question divise la population et le conseil municipal. « Personne n’est contre la vertu. Si ça tombait du ciel, tout le monde voudrait le tunnel à quatre voies. Puisqu’il y a un prix, je comprends que les citoyens des autres quartiers qui ne circulent pas sur le boulevard Casavant Ouest voient peu d’intérêts à faire grimper leur compte de taxes pour un tunnel. Toutefois, si le provincial donne son aval et que le fédéral fait son bout de chemin, ça change complètement le portrait », a-t-elle dit, en soulignant que le défi de travailler avec tous les paliers de gouvernement était grand. « Je ne crois pas que ce soit un risque politique de favoriser un projet qui aura des retombées positives indéniables pour la région, même s’il suscite une certaine division, a-t-elle conclu. Et s’il y a un risque, c’est un beau risque. »

image