22 juillet 2021
La destinée de Tali Darsigny
Par: Le Courrier

Tali Darsigny était destinée à exceller en haltérophilie, une discipline dans laquelle son père et sa mère ont tous les deux fait leur marque par le passé. Cela dit, il lui a fallu mettre tous les efforts nécessaires pour honorer ce bagage génétique.

Publicité
Activer le son

Dès l’âge de huit ans, elle était initiée à ce sport par son père, sans grandes attentes de sa part. « Quand on les part aussi jeune, on ne sait jamais où ils vont se rendre, s’ils vont aimer ça, mais Tali a accroché à ça, comme tous mes enfants d’ailleurs », raconte Yvan Darsigny.

Dès qu’elle s’est mise à la compétition, elle a su faire sa marque sur la scène provinciale et même nationale, d’abord chez les juniors, mais aussi chez les seniors même si elle n’était encore qu’une jeune adolescente. Partout où elle passait, des records tombaient.

« Très jeune, elle pouvait se comparer avec des athlètes qui étaient déjà allés aux Jeux olympiques. On la voyait déjà là », poursuit son père.

Les blessures auraient toutefois pu venir briser cet élan. « À un moment, elle a eu de grosses blessures au niveau des genoux, assez pour qu’on remette en question la poursuite de ce sport. On se demandait si elle n’allait pas devenir retraitée très jeune, du fait qu’elle avait été formée très jeune. Elle avait des déchirures au niveau des genoux. Il a fallu consulter des spécialistes et elle a dû recevoir des injections de PRP pour reconstruire ses tendons. On avait toujours peur que ses tendons rompent un jour. Mais là, on est safe », assure Yvan Darsigny, en évoquant tous les médecins qu’ils ont visités avant d’enfin recevoir le bon diagnostic qui a permis de régler cette problématique.

Si bien qu’aujourd’hui, Tali pourra lever aux Jeux olympiques. « Elle est en super forme. Je pense qu’elle serait capable de sortir ses meilleures performances aux Jeux », projette celui qui est aussi son entraîneur.

Derrière elle, ses deux frères cadets, eux aussi haltérophiles, rêvent également de vivre les Jeux olympiques. « C’est le fun de les voir cheminer par où je suis passé avant eux, souligne Yvan Darsigny. [Matt et Shad] ont tous les deux espoirs qu’un jour ils vont pouvoir mettre les pieds sur le plus grand plateau au monde eux aussi. […] Ce serait très spécial de voir tous mes enfants participer aux Jeux un jour. Je suis sûr que ça ne s’est pas vu souvent. »

image