6 février 2020
Centre de congrès de Saint-Hyacinthe
La facture grimpe de 2 M$ pour atteindre 40,5 M$
Par: Jean-Luc Lorry

L’escalier en marbre du Centre de congrès de Saint-Hyacinthe est équipé de garde-corps en verre. Cette finition haut de gamme fait partie des coûts supplémentaires de 2 M$ qui s’ajoutent à la facture de cette infrastructure municipale. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Depuis la présentation par la Ville de Saint-Hyacinthe en avril 2018 du bilan financier du nouveau centre de congrès municipal – durant laquelle, cette infrastructure avait été chiffrée à 38,5 M$ -, des dépenses supplémentaires totalisant 2 049 000 $ sont venues gonfler la facture.

Publicité
Activer le son

Lors d’une rencontre organisée dernièrement à l’hôtel de ville, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, et le directeur général de la Municipalité, Louis Bilodeau, ont annoncé au COURRIER que le coût de construction du Centre de congrès totalisait finalement à ce jour 40,5 M$.

Ce montant englobe plusieurs ajouts comme le toit végétalisé, l’installation de marbre et de garde-corps en verre sur l’escalier monumental du centre de congrès, l’acquisition de stores motorisés et l’achat de mobilier.

Selon la direction générale, ce montant inclut aussi des correctifs effectués aux frais de la Ville comme la réfection du plancher dans l’une des salles du complexe.

Un contentieux est encore pendant avec l’entrepreneur général Decarel. Concernant ce dossier, la Ville dit disposer d’un coussin financier inclus dans le complément budgétaire de 2 M$.

Déjà rentable

Le Centre de congrès de Saint-Hyacinthe a commencé progressivement ses opérations à la mi-novembre 2017.

Selon Louis Bilodeau, les états financiers du Centre de congrès de Saint-Hyacinthe, un document que la Ville ne souhaite pas dévoiler, indiqueront pour la présente année davantage de revenus que de dépenses. « Le Centre de congrès affichera des bénéfices à la clôture de l’exercice 2019 », assure le directeur général de la Ville, sans toutefois être disposé à le démontrer sur papier.

Selon des données mises en relief dans le dernier rapport annuel de Saint-Hyacinthe Technopole, le Centre de congrès a attiré 88 345 visiteurs en 2018 et réussi à générer des retombées économiques directes de 4 764 404 $ (87 congrès et événements d’affaires d’envergure). On ne précise aucunement les revenus annuels du centre de congrès.

Pour financer ce projet majeur, le conseil municipal avait adopté en décembre 2015 un règlement d’emprunt de 23,6 M$ sur une durée de 20 ans.

Fin août 2016, les élus avaient modifié ce règlement pour y ajouter une somme supplémentaire de 6,9 M$ puisée à même le fonds général de la Ville. Celle-ci mise sur la rentabilité attendue du Centre de congrès pour rembourser son prêt.

Selon nos calculs, cet actif immobilier majeur représente actuellement une facture de 35,6 M$ pour les contribuables maskoutains.

Opérateur et cautionnement

Pour gérer le centre de congrès, la Ville a fait appel aux services de Michel Douville dont l’entreprise a signé un bail commercial d’une durée de six ans qui viendra à échéance le 31 décembre 2022.

Pour aider financièrement M. Douville à démarrer l’exploitation du nouveau centre de congrès de Saint-Hyacinthe, la Ville avait accepté de cautionner l’opérateur à la hauteur de 2,5 M$. Sur ce point, Louis Bilodeau précise que l’entreprise de Michel Douville a utilisé à ce jour environ 1,25 M$ du montant de cautionnement.

En plus de superviser les opérations du centre de congrès, M. Douville occupe parallèlement le poste de directeur général de l’hôtel Sheraton.

image