25 février 2021
La FADOQ en pandémie
Par: Le Courrier

Devant prendre sa retraite il y a déjà plus d’un an, Claude Leblanc a retardé ce moment avec l’arrivée de la pandémie. Ce n’était certes pas le bon moment pour embaucher un nouveau directeur général pour la FADOQ – Région Richelieu-Yamaska (FADOQ-RY).

Publicité
Activer le son

« L’année qui vient de passer n’a pas été de tout repos. Communiquer avec les moyens technologiques d’aujourd’hui, c’est super, mais ce n’est pas comme régler des dossiers en personne, en face à face. C’est beaucoup plus long. Nous ne sommes pas un service essentiel, mais plusieurs de nos services, comme les abonnements, demeurent effectifs. Il fallait tout de même répondre à nos membres et être présents pour eux », indique Claude Leblanc.

Cette réorganisation en raison de la pandémie amène la FADOQ-RY à offrir maintenant quelques activités virtuelles (fadoqry.ca). Les formations Aîné Avisé contre la maltraitance et les ateliers Dans la peau d’un aîné sont aussi disponibles en ligne pour les organismes qui le désirent.

S’équiper et se relever

La FADOQ-RY a eu également accès à des subventions provenant de Centraide pour mieux équiper ses clubs et ses équipes sur tout son territoire pour faciliter l’accès à des moyens de communiquer comme Zoom ou les divers réseaux sociaux. « Il fallait former des bénévoles et équiper des clubs qui n’avaient pas d’équipements informatiques du tout. C’était tout un défi, mais il fallait cela pour poursuivre certaines activités, garder le lien avec les membres », ajoute M. Leblanc.

L’organisme a aussi travaillé avec la Sûreté du Québec et certains autres organismes communautaires pour rejoindre les aînés les plus isolés durant les confinements. L’accent a d’ailleurs été mis sur les aînés de 80 ans et plus pour les aider, les faire parler. « La première vague a frappé vraiment fort pour les aînés qui étaient dans des RPA et qui ne pouvaient pas sortir du tout. C’est très dur cela! Nous avons eu beaucoup d’appels ce printemps. Maintenant, avec le retour des proches aidants dans les résidences et le fait d’aller à l’extérieur, juste marcher un peu, cela atténue la deuxième vague. »

Selon Claude Leblanc, « repartir la machine » dans les clubs risque d’être difficile. « Est-ce que les bénévoles seront tous au rendez-vous? C’est une bonne question, car certains vont être plus méfiants à revenir s’impliquer avec le virus qui courra toujours. Et quand tu n’as pas fait de bénévolat depuis plus d’un an, bien des choses peuvent avoir changé dans la vie de certains. Une chose est sûre, les clubs auront un rôle majeur à jouer dans le retour à une certaine normalité pour les aînés. Pour les 70 ans et plus, par exemple, le retour à la réalité risque d’être difficile, mais j’espère que les aînés auront à nouveau soif de se rencontrer, de sortir de chez eux. »

Pour l’instant, la FADOQ-RY a déjà des protocoles élaborés en vue de rouvrir les clubs et repartir à neuf. Certaines subventions obtenues ont aussi permis à la section régionale de pourvoir ses clubs d’équipements sanitaires de base qui seront nécessaires lors de leur réouverture.

image