8 mars 2012
La Fédération de Saint-Hyacinthe accepte l’harmonisation du territoire de la Montérégie
Par: Le Courrier
Réjean Bessette, président de la Fédération de Saint-Hyacinthe

Réjean Bessette, président de la Fédération de Saint-Hyacinthe

Réunis en assemblée générale spéciale le 2 mars, les 156 délégués de la Fédération de l’UPA de Saint-Hyacinthe ont accepté le projet d’harmonisation de la région administrative de la Montérégie.

publicité

Ainsi, d’ici quelques mois, les fédérations de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean-Valleyfield ne formeront qu’une seule entité administrative au service des producteurs agricoles.

Les délégués ont entériné le projet dans une proportion de 74 % à la suite d’un vote secret. Cette décision fait suite à un processus de consultation qui aura duré plus de deux ans dans les instances syndicales régionales dans le cadre du projet de l’UPA du futur.Aux yeux du président de la Fédération de Saint-Hyacinthe, Réjean Bessette, cette décision est le fruit d’une mûre réflexion de la part des délégués. « À la base, le projet de l’UPA du futur veut permettre de redynamiser la défense de la vie syndicale dans tous les secteurs du monde agricole. Nous venons de tourner la première page d’un livre pour la défense plus efficace de nos revendications autant sur une base locale que régionale et provinciale. »

Forte participation

M. Bessette se félicite également de la forte participation des délégués de la Fédération de Saint-Hyacinthe qui ont participé à cette rencontre cruciale pour l’avenir de l’organisation. Il précise que les discussions se sont déroulées dans un climat serein et surtout dans le respect des opinions émises par les participants.

Le territoire de la Montérégie compte tout près de 7 000 fermes et plus de 10 000 producteurs et productrices. À cet égard, la région comprend donc plus de 24 % de l’ensemble des fermes au Québec.D’année en année, la région subit de fortes pressions en matière d’étalement urbain qui a pour conséquence de diminuer l’espace occupé par les terres agricoles. Avec ce projet d’harmonisation, le monde agricole se mobilise et parlera dorénavant d’une seule voix pour défendre le droit de produire. « Présentement, la Montérégie est partagée en deux dans la défense des questions agricoles avec les fédérations de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean-Valleyfield. Notre harmonisation nous permettra d’être plus efficaces dans nos actions et dans nos revendications auprès des instances politiques et administratives. »

Réorganisation administrative

M. Bessette rappelle que les deux fédérations sont actuellement en processus de réorganisation afin d’établir une structure locale basée sur les territoires de MRC.

« La réorganisation touche deux niveaux. Dans un premier temps, on retrouvera un syndicat local pour chacun des territoires des MRC en Montérégie. Il y aura toutefois une exception pour la MRC Les Maskoutains, qui en comptera deux syndicats locaux en raison de la présence trop importante du nombre de fermes sur ce territoire », mentionne-t-il.« On sait que les gouvernements décentralisent de plus en plus et que les MRC sont appelées à avoir des pouvoirs supplémentaires. Grâce à notre nouvelle structure, cela nous permettra d’être directement impliqués dans la réalité politique et administrative des régions », ajoute M. Bessette.L’autre changement concerne le niveau régional. Comme ailleurs au Québec, le territoire d’une fédération régionale de l’UPA couvrira entièrement une région administrative.Née en 1972 en remplacement de l’Union catholique des cultivateurs, l’Union des producteurs agricoles avait depuis ce temps basé la division de son territoire selon les diocèses. En l’adaptant aux territoires des MRC et des régions administratives du Québec, elle s’adapte plus que jamais à la réalité d’aujourd’hui.

image