7 mai 2020
Forum
La fête des Mères en confinement
Par: Le Courrier

Il y a 86 ans, j’étais confinée dans les bras de maman durant la tétée. J’étais en sécurité sous la couverture qu’elle mettait pour cacher ses atouts nourriciers. Je ne puis vous dire la couleur du tissu, mais je peux vous parler de l’odeur. Ça sentait la vie à plein nez.

Publicité
Activer le son

Femmes d’hier, j’ai pour vous une adoration qui frôle la dévotion. Vous êtes au-delà des mots, vous représentez le Créateur.

Je vous en donne la preuve : vous avez multiplié le poisson le vendredi pour nourrir votre famille. Vous avez quasiment séparé la terre d’avec les eaux en ramassant l’eau de pluie à la goutte. L’hiver, vous faisiez fondre la neige pour faire la lessive. Vous avez confectionné vos propres onguents. Vous concoctiez un sirop contre la toux à base de miel et de gingembre pour faire ombrage à la pharmacologie. Vous faisiez des remèdes pour le soin de la peau avec un mélange de mélasse et de soufre. Il fallait absorber cette mixture sans grimacer pour ne pas passer pour des mauviettes. Finalement, il n’y avait qu’une chose pour laquelle vous n’aviez pas trouvé de remède : vous étiez enceintes si souvent!

À vous seules, vous avez peuplé le Québec. Pour avoir participé à la revanche des berceaux, pas de podium ni de médaille non plus, sauf la médaille de la bonne sainte Anne!

Durant les soirées d’hiver, vous tricotiez bas et mitaines pour toute la marmaille. Après avoir couché vos enfants, vous redescendiez sur la pointe des pieds pour disposer les cartes sur le coin de la table en poussant du revers de la main les couches à plier. Vous faisiez votre jeu de patience. Combien vous deviez être en manque de patience après ces dures journées de labeur!

Comme Dieu, ces femmes d’hier ont créé la lumière dans nos cœurs; un arc-en-ciel aux couleurs d’humanité.

Jacqueline Chamberland, Saint-Hyacinthe

image