9 juillet 2015
Beaux Mardis de Casimir
La folie Boisjoli
Par: Sarah Daoust Braun
Brigitte Boisjoli se produira aux Beaux Mardis de Casimir le 14 juillet à 19 h 30 au parc Casimir-Dessaulles de Saint-Hyacinthe. Crila Photo

Brigitte Boisjoli se produira aux Beaux Mardis de Casimir le 14 juillet à 19 h 30 au parc Casimir-Dessaulles de Saint-Hyacinthe. Crila Photo

Pétillante, authentique et chaleureuse, rien n’arrête Brigitte Boisjoli. Une participation à Star Académie et deux albums plus tard, la chanteuse s’apprête à lancer en septembre un album-hommage à Patsy Cline. Entre-temps, elle s’arrêtera à Saint-Hyacinthe le 14 juillet pour les Beaux Mardis de Casimir.

Publicité
Activer le son

La révélation de l’année au Gala de l’ADISQ en 2011 a depuis longtemps une passion pour la chanteuse country Patsy Cline, très populaire à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

« J’ai tout le temps fait du country, du soul. C’est un retour à mes racines, à mon enfance, je l’écoutais quand j’étais jeune », indique-t-elle en précisant être restée fidèle au style de Patsy Cline pour l’album. Brigitte Boisjoli a d’ailleurs eu l’occasion de l’enregistrer dans la mythique ville de Nashville aux États-Unis. « C’est une ville qui respire la musique. J’ai vraiment vécu un rêve avec ma mère qui m’accompagnait. C’est sûr que je veux y retourner », se souvient-elle, le sourire dans la voix. L’extravertie ex-académicienne ne compte pas délaisser pour toujours ses autres influences musicales plus pop, funk et rock de ses précédents albums. « Ce n’est pas tant un virage, mais plutôt le désir de vivre un gros trip. Je ne dis pas que je vais faire du country toute ma vie », explique celle qui présentera une tournée Patsy Cline en 2016.

En attendant, elle sera en spectacle au parc Casimir-Dessaulles le 14 juillet dans une formule acoustique. « C’est plus simple et intime. J’ai plus le temps de parler, de laisser entrer les gens dans ma vie », remarque-t-elle.

La musicienne originaire de Drummondville interprétera plusieurs chansons de « Sans regret », sorti en 2014, qui explore des sons plus soul et big band par rapport à son premier opus, « Fruits défendus », qui date de 2011. « Le premier album, c’est une belle carte de visite, je n’ai pas de regret. Pour le deuxième, j’avais le goût de chanter ce que j’aime, je viens du soul, du gospel. J’ai pris davantage de temps pour le faire et pour choisir les personnes dont je voulais m’entourer », avoue-t-elle. Plusieurs pièces de « Sans regret » sont issues de collaboration avec d’autres artistes, comme Alex Nevsky qui signe le texte de l’énergique « Mes jambes à ton cou » ou Ingrid Saint-Pierre celui de la touchante « La ballerine ».

De nombreux projets

L’été de Brigitte Boisjoli sera fort occupé. La chanteuse de 32 ans participera du 16 juillet au 4 août au spectacle « Plamondon », sorte d’hommage interactif au parolier Luc Plamondon dirigé par Gregory Charles. Elle partagera la scène avec Johanne Blouin, Marie-Ève Janvier, Jean-François Breau et Martin Giroux au théâtre mobile Le Qube près du Casino de Montréal. « J’aime l’intelligence de Luc et de Gregory, ils respectent tellement la musique. C’est sûr que j’allais dire oui. C’est vraiment beaucoup de travail, mais ça va être super, tout le monde connaît au moins une chanson de Luc Plamondon », soutient-elle.

Brigitte Boisjoli a aussi été nommée porte-parole québécoise de la 15e édition du Trophée Roses des sables. La course annuelle, qui réunit des femmes de partout dans le monde, vient en aide à plusieurs organismes comme l’association Enfants du désert et le Club des Petits Déjeuners du Québec. La blonde aux yeux bleus s’envolera pour le Maroc en octobre pour encourager les participantes, mais ne prendra pas part à la compétition, faute de temps. « Je suis trop occupée, mais c’est sûr que je vais aller faire mon tour à Marrakech pour la finale. Je suis vraiment fière de ce projet 100 % filles », souligne-t-elle.

Brigitte Boisjoli visitera plusieurs régions du Québec cet été. Elle lancera un album-hommage à Patsy Cline le 16 septembre au Festival western de Saint-Tite.

image