23 octobre 2014
Avalanches au Népal
La guide disparue travaillait pour Chinook Aventure
Par: Jennifer Blanchette | Initiative de journalisme local | Le Courrier
Guide occasionnelle pour l’entreprise maskoutaine Chinook Aventure, Sylvie Marois a été emportée par une avalanche au Népal la semaine dernière.  Photo tirée de Facebook

Guide occasionnelle pour l’entreprise maskoutaine Chinook Aventure, Sylvie Marois a été emportée par une avalanche au Népal la semaine dernière. Photo tirée de Facebook

La guide Sylvie Marois, emportée par les avalanches ayant déferlé dans l’Himalaya, au Népal, travaillait à l’occasion pour l’agence de voyages maskoutaine Chinook Aventure.

Publicité
Activer le son

Fondée en 2006, l’entreprise Chinook Aventure employait la quinquagénaire pour guider des excursions de kayak et certains voyages de randonnée. « Sylvie travaillait pour nous à l’occasion. Son départ représente une grosse perte », a exprimé le propriétaire de l’agence, Yan Blanchard.

Il souligne qu’elle était très appréciée dans le milieu touristique et que son expertise dans le domaine avait été démontrée à plus d’une reprise. M. Blanchard rappelle d’ailleurs que Sylvie Marois figurait parmi les premières à avoir enseigné un cours de sécurité avalanche.

« L’équipe Chinook est en deuil aujourd’hui [16 octobre]. Un décès qui touche une grande partie de l’industrie du plein air et du voyage. Nos pensées à la famille et aux amis », a également indiqué l’entreprise maskoutaine sur sa page Facebook.

En plus de la guide spécialisée en tourisme d’aventures, deux autres Québécoises ont été emportées par l’avalanche. Les trois femmes prenaient part à la même expédition dans le secteur du mont Annapurna, au nord du Népal, laquelle était guidée par Sylvie Marois, pour le compte de l’agence montréalaise Terra Ultima.

Répercussions minimes

En raison du caractère exceptionnel de la tempête qui s’est abattue sur le Népal, Yan Blanchard n’envisage pas d’impact négatif auprès de la clientèle adepte de randonnées.

« Il s’agit d’un cas isolé. Le passage du typhon a généré 7 pouces d’eau qui se sont transformés en 6 pieds de neige en très peu de temps. Les gens ne sont pas habitués de gérer la montagne dans de telles conditions à cette période de l’année », estime-t-il.

Même si son entreprise offre deux séjours de randonnée au Népal, M. Blanchard affirme ne pas avoir ressenti d’inquiétude chez ses clients ayant déjà réservé ces excursions. « Les gens ont compris que c’est un événement exceptionnel. »

Il espère toutefois que ce drame permettra d’améliorer les mesures de sécurité liées aux conditions météo. « Cet incident va certainement engendrer la mise en place de davantage de précautions pour les randonneurs au sein de la région. »

Par exemple, lors des voyages sur l’Aconcagua, en Argentine, l’équipe de Chinook Aventure consulte les données météo de façon quotidienne, adaptant la suite du voyage en conséquence des prévisions, explique M. Blanchard.

Aucun groupe de Chinook Aventure n’était au Népal au moment de la tragédie.

Jusqu’à maintenant, la tempête aurait fait une quarantaine de victimes.

image