19 janvier 2017
Valérie Milot avec Les Violons du Roy
La harpe décomplexée
Par: Olivier Dénommée
Le cœur du programme est axé sur les concertos pour harpe de Handel et de Boieldieu, mais on pourra aussi entendre du Rameau et du Elgar, selon la soliste. « Dans une des pièces, la harpe fera partie intégrante de l’orchestre. Alors le public pourra m’entendre dans les deux rôles », conclut Valérie Milot. Photo Amélie Fortin

Le cœur du programme est axé sur les concertos pour harpe de Handel et de Boieldieu, mais on pourra aussi entendre du Rameau et du Elgar, selon la soliste. « Dans une des pièces, la harpe fera partie intégrante de l’orchestre. Alors le public pourra m’entendre dans les deux rôles », conclut Valérie Milot. Photo Amélie Fortin

Un des instuments de musique les plus anciens, la harpe demeure pourtant méconnue, même de nos jours. La harpiste de renommée internationale Valérie Milot et l’orchestre de chambre Les Violons du Roy espèrent arriver à briser le mythe autour de cet instrument en présentant certaines des plus belles compositions où la harpe est au premier plan, lors d’une tournée québécoise qui s’arrêtera le 21 janvier à Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Après avoir lancé un album conjoint très bien accueilli en 2013, Valérie Milot et Les Violons du Roy ont été plus sollicités que jamais et entâment en 2017 leur plus importante tournée panquébécoise pour faire découvrir les concertos pour harpe de Handel et de Boieldieu. En entrevue, Valérie Milot s’est montrée enthousiaste à l’idée de jouer pour la première fois à Saint-Hyacinthe. « Je suis moi-même originaire de Trois-Rivières, et je ne vois jamais de grosse différence entre le public à Montréal ou Québec et celui en région », assure-t-elle. Si le programme proposé en tournée est plutôt dans un registre « classique conventionel », la place qu’occupe la harpe est très particulière. « Dans les concertos, la harpe est placée à l’avant, ce qui donne une visibilité très différente de sa place habituelle dans un orchestre », explique la musicienne de 31 ans.

Œuvres connues

Les choix des compositions de Handel et de Boieldieu ne sont pas anodins, selon Valérie Milot : « Ce sont deux œuvres assez aimées dans le répertoire classique. C’est particulier dans le cas de Handel, car le concerto a été écrit pour une plus petite harpe, et son registre se compare davantage à celui d’un piano. Cette partition est aussi plutôt minimale. Quant à Boieldieu, l’histoire l’a oublié, mais il a composé plusieurs opéras, et a marqué l’imaginaire de tous les amateurs de harpe avec son concerto, sans que la plupart des gens sachent que c’est de lui. » Ce concerto « virtuose et flamboyant » serait un passage obligé pour tout amateur de musique à la harpe, parce que cet instrument « occupe 90 % de la place », selon la musicienne. 

Année chargée

2017 s’annonce particulièrement chargée pour la harpiste, car en plus de cette tournée, Valérie Milot est artiste en résidence à l’Orchestre métropolitain et prévoit aussi aller en studio d’enregistrement. Une autre tournée est organisée dans l’Ouest canadien, avec son conjoint, le violoniste Antoine Bareil. « J’éprouve un maximum de gratitute pour la chance que j’ai d’avoir une année aussi remplie », résume Valérie Milot.

C’est avec cette même gratitude qu’elle se présentera devant un public moins famililer à la Salle Desjardins du Centre des arts Juliette-Lassonde. « Nous avons envie de faire tomber les barrières qui entourent mon instrument. Le chef d’orchestre Mathieu Lussier va remettre les pièces dans leur contexte et il sait rendre l’ambiance décontractée », ajoute Valérie Milot, insistant sur le fait que Les Violons du Roy est un des meilleurs orchestres de la province. La performance du samedi 21 janvier débutera à 20 h.

image