17 octobre 2019
Entre les lignes
La liste d’épicerie
Par: Le Courrier

Dès le début de la campagne, nous avions demandé au maire Claude Corbeil sa liste d’épicerie à l’égard du prochain député de Saint-Hyacinthe-Bagot.

Publicité
Activer le son

Que ce soit lors d’une élection provinciale ou fédérale, c’est une pratique répandue dans les médias que de demander à un maire d’une ville-centre ou d’une agglomération de dresser une courte liste de priorités qui demanderaient une attention particulière du futur député du comté. M. Corbeil a profité d’une séance plénière du conseil municipal pour concevoir une liste maison. Il l’a dictée publiquement en ouverture de la dernière réunion du conseil, avant de la transmettre au COURRIER.

Qu’est-ce qu’il y a sur cette liste? Pas beaucoup de concret, seulement des généralités.En gros, la Ville de Saint-Hyacinthe souhaite qu’il y ait plus d’argent disponible dans à peu près tous les programmes fédéraux à l’intention des Municipalités. C’est quand même curieux, de la part d’une Municipalité qui a fait l’impasse, à l’automne 2018, sur la tournée orchestrée à Ottawa par la députée Sansoucy pour présenter aux élus municipaux l’éventail de programmes de subventions fédérales à leur portée. Faut croire que nos dirigeants sont bien au fait de tous les programmes.

Bref, la Ville de Saint-Hyacinthe souhaite grosso modo un soutien accru pour le logement social et abordable, l’adaptation aux changements climatiques et le renouvellement d’infrastructures. Pour faire un parallèle avec la fameuse liste d’épicerie, cela correspond à vouloir un peu plus de tout. Un peu plus de fruits et de légumes, un peu plus de viandes et de charcuteries, un peu plus de produits laitiers. Quel fruit ou quelle pièce de viande pourraient combler les attentes de la Ville de Saint-Hyacinthe? Bonne question. On n’a pas cru bon d’énumérer les projets d’envergure dont le maire se fait pourtant le partisan depuis quelques mois, voire quelques années. Je pense à la réfection de la promenade Gérard-Côté, au développement du pôle culturel ou à la municipalisation de l’aéroport régional. Avec des attentes modestes à la limite de la banalité, il ne devrait pas être trop déçu.

image