26 septembre 2013
Détresse chez les agriculteurs
La Maison de répit ouvre ses portes
Par: Jean-Luc Lorry

Initiative de l’organisme Au Coeur des Familles Agricoles (ACFA), une maison de répit pour agriculteurs vivant une situation de détresse vient d’ouvrir ses portes sur la rue Benoit à Saint-Hyacinthe.

Pour financer cette acquisition, l’ACFA avait organisé une vaste campagne de financement qui a permis de récolter environ 760 000 $ dont certains montants seront versés sur une période de cinq ans.

« Tout le milieu des affaires agricoles a participé au financement de la maison de répit. Beaucoup de députés et de ministères ont également contribué. Au total, cela représente 400 donateurs », a indiqué avec fierté, Maria Labrecque Duchesneau, directrice générale d’ACFA dont les bureaux sont maintenant installés au sous-sol de la maison de répit.Parmi la longue liste de donateurs, la Coop Fédérée a contribué pour 125 000 $, le Mouvement Desjardins pour 80 000 $ et l’hebdomadaire agricole La Terre de chez Nous pour 50 000 $.Depuis 10 ans, cet organisme qui était initialement basé à Marieville accompagne des personnes issues du milieu agricole aux prises avec des problèmes de santé, financiers ou de divorce. La maison de répit compte quatre chambres pouvant accueillir simultanément huit personnes pour un séjour d’une durée de trois à quatre jours.« Je préfère recevoir trois à quatre personnes à la fois pour être en mesure d’offrir un service de qualité adapté aux besoins. Notre mission est aussi de trouver une personne qui remplacera l’agriculteur lors de son retrait de ses activités professionnelles », a mentionné Mme Duchesneau.L’achat de la maison et son ameublement représentent un investissement de 500 000 $. « Deux intervenants ont été embauchés dont le salaire est assumé par les ministères de la Santé et des Affaires municipales », a précisé Jean-Claude Poissant, président du conseil d’administration d’ACFA.Lors de l’inauguration de la maison de répit, autant le président de l’UPA que le maire de la Ville ont salué ce projet. « En tant que technopole agroalimentaire du Québec, nous sommes très fiers d’accueillir cette maison qui représente un havre de paix et une lueur d’espoir pour les agriculteurs vivant des difficultés », a mentionné le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier.« Cette maison permettra de pallier le stress que vivent les producteurs agricoles », a complété Marcel Groleau, président de l’UPA.

Projet controversé

Rappelons que le projet de reconversion de l’ex-résidence du docteur Gérard Barnabé en maison de répit n’avait pas fait l’unanimité dans le quartier lors du dévoilement de son emplacement en janvier.

Plusieurs résidents s’étaient montrés réfractaires. Les responsables de l’organisme craignaient alors le dépôt d’une pétition pour demander un changement de zonage de l’immeuble visé.

image