2 octobre 2014
Emprise Saint-Hyacinthe - Farnham
La MRC se butte à Central Main & Quebec
Par: Benoit Lapierre
Le nouveau propriétaire de la voie ferrée Farnham - Sainte-Rosalie serait tenté de la remettre en exploitation, mais la MRC s’y oppose. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le nouveau propriétaire de la voie ferrée Farnham - Sainte-Rosalie serait tenté de la remettre en exploitation, mais la MRC s’y oppose. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un an après la tragédie de Lac-Mégantic provoquée par le déraillement d’un train de la Montreal Maine & Atlantic Railway (MMA), la MRC des Maskoutains subit un contrecoup de cette catastrophe dans un dossier qui progressait bien, celui de l’intégration du corridor ferroviaire Farnham – Saint-Hyacinthe (Sainte-Rosalie) au réseau régional de pistes cyclables.

Publicité
Activer le son

En mars 2012, la compagnie de chemin de fer MMA avait signifié aux autorités fédérales son intention de cesser l’exploitation d’un tronçon de voie ferrée lui appartenant entre Saint-Hyacinthe et Farnham, ce qui avait ravivé les espoirs de la MRC quant à la création d’un lien avec les pistes Montérégiade et Estriade.

Comme le souligne le conseil des maires en préambule d’une résolution qu’il a adoptée à sa séance du 10 septembre, cet avis d’intention de MMA avait eu pour effet d’enclencher un processus de rétrocession de la voie ferrée aux autorités publiques, conformément à la législation fédérale.

Mais en menant MMA à la faillite, le drame survenu à Lac-Mégantic le 6 juillet 2013 a complètement changé le cours des événements dans ce dossier. Le printemps dernier, tous les droits et actifs de MMA sont passés aux mains d’un nouveau propriétaire, Central Maine & Quebec Railway (CMQ). Théoriquement, CMQ pourrait donc reprendre l’exploitation du réseau ferroviaire délaissé par MMA, y compris la liaison Farnham – Saint-Hyacinthe, comme le stipule le certificat d’aptitude que l’Office des transports du Canada lui a délivré le 24 juin.

Ayant eu vent que CMQ examinait vraiment la possibilité de reprendre l’exploitation de cette emprise ferroviaire, la MRC a décidé de lui compliquer les choses, invoquant d’abord des raisons de sécurité. « Les élus sont fort étonnés de ce projet, eu égard à l’état avancé de détérioration de la voie ferrée de ce tronçon, » souligne la résolution adoptée par le conseil de la MRC pour s’opposer à tout redémarrage du service ferroviaire entre Farnham et Sainte-Rosalie et cela, tant et aussi longtemps que chemin de fer ne sera pas remis en état selon les nouvelles exigences du gouvernement fédéral et des règles de sécurité accrues.

Le conseil des maires a transmis sa résolution à Transports Canada, au ministère des Transports du Québec et la firme Central Maine & Quebec Railway.

image