8 septembre 2016
La MRC se contenterait d’un ajout de 22 hectares
Par: Benoit Lapierre
Au lieu de 50 hectares, c’est un dézonage réduit à 22 hectares qui est maintenant proposé pour l’agrandissement du parc industriel Olivier-Chalifoux, dans le secteur ouest de Saint-Hyacinthe, là où coule le ruisseau Plein Champ. Photo archives | Le Courrier ©

Au lieu de 50 hectares, c’est un dézonage réduit à 22 hectares qui est maintenant proposé pour l’agrandissement du parc industriel Olivier-Chalifoux, dans le secteur ouest de Saint-Hyacinthe, là où coule le ruisseau Plein Champ. Photo archives | Le Courrier ©

Désireuse de retrouver une certaine liberté dans la gestion de son territoire – tout agrandissement de la zone blanche lui est refusé depuis maintenant cinq ans -, la MRC des Maskoutains a présenté au gouvernement du Québec une nouvelle proposition d’aménagement susceptible de le satisfaire.

Publicité
Activer le son

À l’instar des 14 autres MRC formant la zone périmétropolitaine – ce sont celles de la première couronne autour de la grande Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) -, la MRC des Maskoutains est tenue de se conformer à « l’orientation 10 » édictée par le gouvernement en mai 2011 dans un addenda modifiant les orientations gouvernementales en matière d’aménagement pour le territoire de la CMM.

La MRC doit donc modifier son propre « schéma d’aménagement et de développement révisé » (SADR) à la satisfaction du gouvernement. Tant que cette démarche ne sera pas complétée, aucun périmètre urbain ne pourra être agrandi sur son territoire.

En vertu de l’orientation 10 visant « la complémentarité des planifications métropolitaine et périmétropolitaine », le gouvernement demande qu’il y ait consolidation du développement « dans le principal pôle de services et d’équipements localisé sur le territoire de chacune des MRC périmétropolitaines ». Dans la MRC des Maskoutains, c’est la ville de Saint-Hyacinthe, bien sûr, qui représente le pôle de services principal.

De 50 à 22 hectares

Un premier projet d’amendement du SADR avait été adopté et acheminé à Québec en décembre 2015, mais le gouvernement l’a jugé non conforme à certaines de ses attentes, notamment en ce qui a trait à l’évaluation des besoins de la MRC en espaces industriels pour les 15 prochaines années.

En novembre 2015, la Ville de Saint-Hyacinthe avait annoncé son intention d’entreprendre des démarches en vue d’un agrandissement substantiel du parc industriel Olivier-Chalifoux, d’abord pour être en mesure d’accueillir une nouvelle usine de la coopérative avicole Exceldor, de Saint-Damase.

Le projet initial visait l’exclusion de 50,19 hectares de la zone agricole à des fins industrielles, mais depuis, la Ville a considérablement réfréné ses ambitions. Elle se contenterait maintenant d’un agrandissement de 22 hectares, a fait savoir le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud, et c’est ce dont fait état le nouveau projet d’amendement du SADR de la MRC.

Le conseil des maires en a approuvé le contenu à sa séance du 17 août, mais sur division. Les municipalités de Saint-Barnabé-Sud, Saint-Damase, Saint-Dominique, Saint-Liboire et Saint-Louis ont voté contre la proposition, mais sans en préciser la raison. Leurs insatisfactions auraient trait au concept des « zones prioritaires d’aménagement » et des « zones de réserve ».

M. Michaud a indiqué que la MRC souhaitait obtenir rapidement l’avis du gouvernement sur son nouveau projet d’amendement du SADR afin de terminer l’exercice en cours vers le mois d’octobre.

image