6 décembre 2018
Mario Pelchat et les Prêtres au Centre des arts
La rencontre du solennel et du festif
Par: Maxime Prévost Durand
Pour son spectacle Noël ensemble, qu’il présentera demain au Centre des arts Juliette-Lassonde, Mario Pelchat sera accompagné bien entendu des Prêtres qui participent au projet, mais aussi de nombreux musiciens, choristes et invités spéciaux. Photo courtoisie

Pour son spectacle Noël ensemble, qu’il présentera demain au Centre des arts Juliette-Lassonde, Mario Pelchat sera accompagné bien entendu des Prêtres qui participent au projet, mais aussi de nombreux musiciens, choristes et invités spéciaux. Photo courtoisie

L’esprit des Fêtes animera le Centre des arts Juliette-Lassonde ce vendredi alors que Mario Pelchat et les Prêtres présenteront le spectacle-événement Noël ensemble. Plus de 12 musiciens, un chœur et de nombreux invités se joindront aux célébrations, où une véritable crèche vivante se déploiera sur les planches de la salle Desjardins.

Publicité
Activer le son

Pour faire suite au succès des albums Noël ensemble et Agnus Dei, puis du petit dernier Quand les hommes vivront d’amour, Mario Pelchat et les huit prêtres qui participent au projet transportent le tout sur scène, juste à temps pour se plonger dans l’ambiance des Fêtes.

« On retrouve dans ce spectacle le côté solennel, mais aussi le côté festif de Noël, soutient Mario Pelchat, dans une entrevue téléphonique accordée au COURRIER la semaine dernière. Les deux sont bien présents. »

Il faut rappeler qu’Agnus Dei et Quand les hommes vivront d’amour ne sont pas des albums de Noël, mais regroupent plutôt des chants liturgiques. Cela dit, leur esprit se prête bien à celui du temps des Fêtes. « Ça prend un caractère très “Noël”, c’est un volet très fort du spectacle », assure le chanteur.

Plusieurs invités de renom participeront à ce grand concert, dont Joe Bocan, Cindy Daniel, Christian Marc Gendron et Marie-Josée Lord. À ceux-ci s’ajoutent Sophia-Rose Boulanger, Margau et Rafaël Dolan-Bachand, découverts à La Voix et La Voix junior, de même que Manon Séguin. « Ils font tous partie prenante de la crèche vivante qui prend forme durant le spectacle », souligne Mario Pelchat. C’est d’ailleurs la femme de ce dernier qui a conçu tous les costumes que l’on pourra voir sur scène.

Vu l’ampleur de la production du spectacle, seulement neuf dates sont à l’horaire au Québec. La représentation qui aura lieu demain à Saint-Hyacinthe sera la première après celle au Centre Vidéotron dimanche dernier.

Pour sa mère

Mario Pelchat ignorait tout de l’ampleur que prendrait ce projet avec les Prêtres, surtout à une époque où la religion est loin de son apogée. Il s’était toutefois promis de faire un album de chants liturgiques. Pour lui, mais surtout pour sa mère.

Jeune garçon, il a chanté pendant plusieurs années à l’église de sa paroisse en compagnie de sa sœur. Leur mère leur faisait répéter les chansons qu’ils devaient apprendre.

« C’est la musique liturgique qui m’a formé au niveau des harmonies et de la pose de la voix. Je suis passé de ma voix d’enfant à celle d’homme à l’église. Ça a été très déterminant dans ma vie. Je me suis toujours dit que j’enregistrerais ces chansons un jour, surtout pour ma mère », raconte le chanteur.

Il y a près de deux ans, celle-ci a été atteinte d’un cancer et il avoue avoir eu peur de la perdre. Afin de tenir sa promesse, il a enregistré quelques-unes de ces chansons liturgiques, faisant naître le projet avec les Prêtres et l’album Agnus Dei. « Ça lui a fait un bien immense, poursuit-il. Elle a écouté l’album en boucle durant sa chimio. » Aujourd’hui, 6 décembre, sa mère célèbre son 77e anniversaire de naissance.

Le succès qui a suivi la parution de l’album Agnus Dei dépasse quant à lui tout ce que le chanteur aurait pu imaginer. « Ça a pris une ampleur au-delà des attentes, reconnaît Mario Pelchat. C’est devenu l’album le plus vendu de l’année. […] Avec la polémique entourant le crucifix et les accommodements raisonnables, les gens disaient que la religion n’avait plus vraiment sa place, mais cet album a prouvé qu’il y a encore des gens à qui ça parle. »

image