7 septembre 2017
La réplique des abattoirs
Par: Le Courrier
publicité

Le meilleur endroit pour établir une mise en marché efficace et ordonnée, c’est devant la Régie des marchés agricoles et alimentaire du Québec.
L’Association des abattoirs avicoles du Québec (AAAQ) tient à commenter brièvement le contenu de l’article paru dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe du 31 août et intitulé :
« Les Éleveurs contestent le quasi-monopole d’Exceldor et Olymel » et surtout les affirmations du président des Éleveurs de volailles du Québec, Pierre-Luc Leblanc.
Par ses propos, le président des Éleveurs de volailles du Québec risque de mettre à mal le principe même de la gestion de l’offre qui profite pourtant aux producteurs qu’il représente.
Au Canada, la présence d’Exceldor, d’Olymel et des autres abattoirs de poulets québécois permet de valoriser la production de poulets vivants, au bénéfice de tous les intervenants de la filière québécoise, incluant les producteurs.
Il est clair que les propos de M. Leblanc sont dictés par des intérêts politiques ou partisans et s’apparentent à une tentative à peine déguisée d’influencer des décideurs.
Alors que le dossier est présentement devant la Régie des marchés agricoles et que les audiences se poursuivent, les propos de M. Leblanc démontrent un manque de respect pour les institutions.
L’AAAQ fera valoir sa position devant le forum approprié, c’est-à-dire la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

image