14 novembre 2013
Pour la première fois depuis l'ouverture
La rôtisserie St-Hubert change de mains
Par: Le Courrier
La rôtisserie St-Hubert, située sur la rue Johnson Ouest, vient d'être rachetée par Steve Deslauriers, sa conjointe Sophie Leblanc, Johanne Faucher et Bernard Labbé.

La rôtisserie St-Hubert, située sur la rue Johnson Ouest, vient d'être rachetée par Steve Deslauriers, sa conjointe Sophie Leblanc, Johanne Faucher et Bernard Labbé.

Appartenant au même propriétaire depuis son ouverture la rôtisserie St-Hubert de Saint-Hyacinthe vient de changer de mains pour la première fois en 34 ans.

Publicité
Activer le son

Sylvain Bernier, au nom du Groupe Beauregard, s’est assuré de transférer le restaurant qu’il a ouvert en 1979 à un acheteur de confiance. Il s’agit de Steve Deslauriers, ex-directeur général de la rôtisserie qui cumule 13 années d’expérience au sein de la franchise.

À 33 ans, le plus jeune propriétaire de la chaîne ne s’est pas lancé dans l’aventure seul. Il a su bien s’entourer en s’associant à Bernard Labbé, un comptable de formation et copropriétaire du St-Hubert de Victoriaville. Les conjointes des deux hommes ont aussi été impliquées dans l’acte d’achat, officialisé depuis le 30 septembre. Le montant de la transaction, conclue après 13 mois de négociations, n’a pas été dévoilé. Selon l’évaluation municipale, la valeur du bâtiment et du terrain s’élève à 2,1 M$.« Il y a deux ans, je disais à Sylvain Bernier que j’aimerais être le numéro 1 un jour et voilà qu’en 2012, il m’annonce qu’il souhaite vendre sa franchise et qu’il a pensé à moi en tant qu’acheteur. C’est incroyable », relate M. Deslauriers, qui ne regrette pas d’avoir sauté sur l’occasion. Malgré les perturbations à l’Hôtel des Seigneurs, l’acquisition du restaurant de 300 places assises représentait un risque calculé pour le nouveau propriétaire. « La fermeture de l’Hôtel des Seigneurs m’a fait aussi mal que la première année d’opération du restaurant Score’s », estime-t-il, démontrant que le cas du complexe hôtelier n’était pas une situation plus problématique que les nombreux concurrents qui l’entourent. M. Deslauriers a aussi laissé sous-entendre que la fermeture imminente du complexe hôtelier avait joué en sa faveur durant la période de négociations. Toutefois, en raison d’une baisse d’achalandage de la clientèle liée à l’inactivité de l’Hôtel, Steve Deslauriers a dû restructurer l’ensemble de son équipe de travail, abolissant 10 postes au passage. Cette décision était réfléchie, dit-il, et s’est prise après discussion avec les employés.

Un beau défi

À elle seule, la rôtisserie de Saint-Hyacinthe accueille en moyenne 325 000 clients par année, un nombre qui représente le principal défi de Steve Deslauriers.

« Mon objectif premier sera de continuer d’avoir une aussi belle fidélité de la part de mes clients. Les gens qui viennent manger au St-Hubert m’apprécient, ainsi que le restaurant, et je veux leur retourner cette marque d’affection. »Il a d’ailleurs reçu une première preuve de cet amour du public lors d’un 5 à 7 organisé la semaine dernière et marquant l’acquisition de la franchise par ses nouveaux propriétaires. Environ 170 personnes étaient présentes à cette soirée « planifiée un peu à la dernière minute », un nombre auquel ne s’attendait pas Steve Deslauriers. « Cela m’a prouvé qu’il y a beaucoup de communication entre les restaurateurs de Saint-Hyacinthe. Nous formons une belle communauté d’affaires et c’est d’autant plus agréable pour tout le monde », lâche-t-il, réjoui par cette perspective.

image