17 janvier 2019
Forum
La rue dangereuse de Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier

Nous avions formé un comité en août 2012 concernant la rue des Seigneurs Est dans le quartier Sainte-Rosalie, en raison du trafic lourd qui y circule et du manque de sécurité pour les piétons.

publicité

Cette rue sépare en deux ce qui était, avant qu’il soit annexé, le village de Sainte-Rosalie. Comme elle est numérotée, la Ville de Saint-Hyacinthe renvoie la balle dans le camp du MTQ afin que ce dernier agisse, mais personne ne bouge. (Nous n’avons d’ailleurs jamais eu la confirmation que la Ville avait fait une demande au MTQ à ce sujet.)

Durant la même année, plusieurs options ont été mentionnées lors d’une rencontre entre les résidents et une pétition comprenant 281 signatures a été signée pour dénoncer la circulation lourde sur la rue des Seigneurs Est (route 224). Nous avons apporté cette pétition lors d’une séance du conseil et la lui avons remise. Ensuite, des personnes de notre comité se sont rendues à quelques reprises aux séances du conseil les lundis soir pour faire des demandes concernant la sécurité des citoyens de Sainte-Rosalie, comme de demander au MTQ de faire installer soit un panneau d’arrêt, soit des lumières de circulation ou encore un panneau dans le milieu de la rue avec mention « Arrêt obligatoire » pour la traverse piétonnière avec amende de 150 $ si non respecté.

Même une demande d’une voie de contournement pour le trafic lourd a été soumise, soit un détournement de la rue des Seigneurs Est par l’autoroute 20, au nord, et la route 116, au sud. La route 116 deviendrait la voie principale pour les camions qui utilisent continuellement la rue des Seigneurs Est comme lien entre Granby et l’autoroute 20.

En attente

Depuis tout ce temps, rien n’a été fait pour sécuriser les nombreux enfants qui sont les plus vulnérables dans ce cas, sinon la mise en place d’un panneau lumineux indiquant la vitesse à laquelle les gens circulent à côté du dépanneur, mais cela n’a pas eu d’impact sur la vitesse à laquelle les véhicules circulent. Personne d’ailleurs, et surtout les camionneurs, ne respecte la vitesse de 50 km/h! On nous a dit que la rue des Seigneurs Est est une route numérotée (224) et que le MTQ refuserait d’y installer des panneaux d’arrêt ou des lumières de circulation. Mais pourquoi, à Sainte-Rosalie, aurions-nous la seule route numérotée dans toute la ville de Saint-Hyacinthe à ne pas considérer la sécurité pour nos enfants?

Lors de quelques séances du conseil municipal, des citoyens ont fait la remarque que cette rue sépare le village en deux et qu’il est tellement difficile d’essayer de la traverser, vous devriez voir le nombre de camions lourds qui y circulent à haute vitesse aux heures de pointe, c’est épeurant! Si l’on compare avec les autres routes numérotées qui traversent la ville de Saint-Hyacinthe, comme la rue Saint-Louis dans Saint-Joseph et la rue Laframboise dans Saint-Thomas-d’Aquin (route 137), nous savons qu’il y a des panneaux d’arrêt et des lumières de circulation pour la sécurité des piétons et autres véhicules qui ont à traverser ces rues. Il y a aussi la rue Dessaulles (route 116) qui du centre-ville se rend jusque sur le boulevard Laurier Ouest à Douville (route 235) avec des lumières de circulation, mais pourquoi rien n’est fait sur la rue des Seigneurs Est à Sainte-Rosalie?

Attention danger

En septembre 2012, la Ville aurait fait faire une étude qui confirmait que pas moins de 517 camions et semi-remorques empruntaient la rue des Seigneurs Est chaque jour. Sur un trafic journalier évalué à 4600 véhicules, les véhicules lourds représentaient 11 % de la circulation totale. Six ans plus tard, en 2018, le trafic lourd a augmenté de manière fulgurante et toujours rien n’a été fait pour notre sécurité.

Il n’y a aucune sécurité sur la rue des Seigneurs Est à Sainte-Rosalie, c’est une des rues les plus dangereuses de la ville de Saint-Hyacinthe pour les enfants qui veulent la traverser lorsque la brigadière est absente. Celle-ci n’est présente qu’une vingtaine de minutes le matin, le midi et à la fin des classes. Après son départ, tout le monde traverse à ses risques et périls. Demandez à la brigadière (Lise) sur le coin de la rue Guy et des Seigneurs Est, elle vous dira à quel point ce coin est dangereux, elle a souvent eu très peur et elle a même communiqué elle aussi avec le MTQ.

La réponse du MTQ

Voici ce que l’un de leurs représentants a écrit à Sylvain Houle de la Ville de Saint-Hyacinthe à propos des nombreuses plaintes reçues de la part de beaucoup de citoyens de Sainte-Rosalie et de la brigadière : « J’ai pensé à une solution qui devrait améliorer la situation lors du passage des écoliers. Je vis à Saint-Jean-Baptiste et ils ont installé des lumières clignotantes dans le village. Depuis ce temps, quand on traverse la rue en appuyant sur le bouton, les voitures s’arrêtent pour nous laisser traverser. Avant qu’ils ne les installent, c’était très risqué de traverser. Ils ont fait la même chose à Sainte-Madeleine pour la traverse d’écoliers. Je t’envoie des images de ce système que vous pourriez installer vous-mêmes. La seule chose à faire, c’est une demande de permission de voirie pour que l’installation soit conforme aux normes. J’attends de tes nouvelles et reviens-moi là-dessus, je te laisse aussi le nom de la brigadière et son numéro de téléphone. » Ça, c’était le 6 décembre 2017 et notre brigadière n’a jamais reçu de réponse de la part de la Ville. Nos dirigeants font preuve de négligence envers notre quartier et les citoyens de Sainte-Rosalie!

Les gens de notre comité se sont essoufflés et il n’y a plus de rencontres. Tout le monde s’est découragé de voir qu’il n’y avait rien qui bougeait ou avançait sur ce dossier. Cela fait des années que les citoyens de Sainte-Rosalie essayent de faire bouger la Ville à propos du problème du trafic lourd, du nombre croissant de véhicules de toutes sortes et de l’absence de sécurité sur la rue des Seigneurs Est.

Une autre réponse décevante

J’ai communiqué par écrit en novembre 2015 avec le conseiller de Sainte-Rosalie, Donald Côté, pour lui raconter que ma petite fille était passée à un cheveu de se faire frapper sur cette rue devant moi, que j’étais virée à l’envers et choquée de cette situation parce qu’après deux ans, nous étions sans nouvelles à propos de nos demandes qui avaient été faites depuis 2012 afin de sécuriser cette artère dangereuse. Voici ce qu’il m’a répondu : « Je suis conscient aussi du problème de circulation sur cette artère, la seule solution est d’y interdire le trafic lourd, ce qui n’est pas une mince tâche. En attendant, nous faisons tout en notre pouvoir afin d’éviter une catastrophe du type que vous m’avez décrit, mais ce n’est pas simple. »

Je suis très déçue de sa réponse qui, à mon avis, n’était en fait qu’une marque de politesse à mon égard, sans plus. Il faut croire que la sécurité des citoyens du quartier Sainte-Rosalie n’est pas si importante aux yeux de nos dirigeants. Par contre, quand il s’agit d’augmenter nos taxes, là, ils savent que nous existons. Il ne s’agit que d’un simple panneau avec bouton et lumières clignotantes, en quoi est-ce si compliqué monsieur le maire et tous vos élus?

Nous sommes rendus en décembre 2018, c’est glissant et souvent la brigadière nous fait part de son inquiétude en voyant les véhicules qui dérapent en glissant sur le coin de la rue. Lorsque nous serons rendus en mars ou en avril et que le printemps dégèlera tous les camions lourds qui sont restés dans les cours des compagnies de camionnage pour l’hiver, nous retrouverons encore une fois les difficultés de traverser « la rue principale ». Il faut dire qu’en hiver, c’est moins « lourd », mais il reste quand même les heures de pointe de 7 h 30-8 h et de 15 h-17 h durant la semaine qui restent problématiques.

Alors monsieur le maire, nous attendons de vous que vous rendiez notre secteur sécuritaire le plus rapidement possible. Merci.

Claudine Moore,
Saint-Hyacinthe

image