1 juin 2020
Ferme Équinoxe
La saison des asperges est lancée
Par: Le Courrier

Jeannine Messier au kiosque de la ferme en ce début de la saison des asperges.

Saint-Hyacinthe Technopole et la MRC des Maskoutains vous proposent une série de textes sur le travail et les initiatives des entreprises d’ici pendant cette période de bouleversements liés à la COVID-19.

Publicité
Activer le son

En temps normal, la Ferme Équinoxe offre à sa clientèle une diversité de produits et de services qui ont contribué à bâtir sa réputation depuis quelques années : visites commentées, dégustations, auto-cueillette de bleuets, asperges fraîches et autres produits transformés, vendus au kiosque de la ferme, située à Saint-Pie. De plus, ces produits agrémentent les menus gastronomiques de la table champêtre proposée aux amateurs de bonne chère.

En ce temps de pandémie et à l’instar d’une grande partie des entrepreneurs du Québec, Jeannine Messier a dû et doit encore se réinventer chaque jour pour assurer le roulement de son entreprise agricole.

« L’offre de repas à la ferme est suspendue depuis la mi-mars. Ça représentait le tiers de nos revenus. Je ne suis pas équipée pour offrir des repas à emporter et en fait ce que nous voulons offrir, avec la table champêtre, c’est une expérience unique. Pour ce qui est de l’auto-cueillette, elle n’est pas permise pour le moment, mais je pense que le gouvernement n’est simplement pas rendu-là dans ses annonces. Ça viendra, je suis confiante. Et je sais que plusieurs organisations travaillent présentement de concert afin de déterminer les règles à respecter qui permettront de maintenir cette activité », indique madame Messier.

Le ralentissement imposé par la situation actuelle lui a permis de consacrer temps et énergie à un projet qu’elle avait en tête mais qui restait un peu sur la glace. Un grand ménage a été réalisé dans l’érablière afin que dès le printemps prochain, tout soit fonctionnel et accessible aux visiteurs. L’ouverture d’une boutique à la ferme est également prévue dans le cadre de ce projet.

La vente des asperges a débuté le jeudi 21 mai et le départ a été concluant. Les clients se sont présentés sans tarder au kiosque de la ferme qui est ouvert tous les jours, de 11 h à 16 h. Des mesures d’hygiène et de distanciation sociale sont appliquées et ça se passe bien, avouait madame Messier jeudi après-midi. La saison des asperges se poursuivra jusqu’à la fin juin.

Comme d’autres producteurs-transformateurs, elle observe un engouement réel des consommateurs pour les produits locaux ces temps-ci. « À moyen terme, il faudra être en mesure de gérer la croissance de la demande et surtout, garder le momentum de ce nouvel attrait des consommateurs en continuant d’offrir des produits de qualité », dit-elle.

« L’agriculture permet de rester occuper physiquement et mentalement et d’être à l’extérieur la plupart du temps. Le grand changement qu’apportera cette crise sera peut-être que certaines de nos certitudes en approvisionnement pourraient bien être illusoires. Consommer, c’est voter. Si toutes les semaines, chaque famille québécoise remplaçait 20 $ d’achat de biens provenant de l’extérieur par la même valeur en produits du Québec, plus de 100 000 emplois pourraient être créés », affirme l’entrepreneure et agricultrice dévouée, très impliquée socialement et présidente du syndicat des Agricultrices du Québec, affilié à l’Union des producteurs agricoles.

Pour des façons simples et sécuritaires de soutenir nos entreprises locales, visitez le site vitrinemaskoutaine.com.

Par Denyse Bégin
MRC des Maskoutains

image