11 octobre 2012
La salubrité alimentaire au menu d’InnoVet 2012
Par: Martin Bourassa

C’est dans un contexte de crise du E. Coli au Canada que s’ouvrira la semaine prochaine à Saint-Hyacinthe la sixième conférence internationale InnoVet.

Publicité
Activer le son

Sous le thème L’innovation et la collaboration : les incontournables en santé animale & en salubrité alimentaire, elle réunira une vingtaine de spécialistes provenant du Québec, des États-Unis, du Royaume-Uni, de France et de l’Italie.

« Rassemblant simultanément les leaders, investisseurs et chercheurs de l’industrie, et ce, de partout à travers le monde, la conférence InnoVet est devenue indispensable auprès des acteurs souhaitant échanger des idées et connaissances à propos des défis de taille et des préoccupations qui touchent la communauté mondiale des vétérinaires », affirment les organisateurs d’InnoVet.Cette sixième édition se présente sous la forme d’une tribune de diffusion sur les dernières avancées en matière de recherche et de développement de l’industrie. Les conférences seront orientées vers les nouvelles solutions de l’industrie pour protéger la santé des animaux à la ferme et assurer la salubrité alimentaire de l’abattoir jusqu’au consommateur. InnoVet est une initiative promue par la Cité de la biotechnologie agroalimentaire, vétérinaire et agroenvironnementale de Saint-Hyacinthe et est organisé par la Fondation INITIA en collaboration avec le CQVB (Centre québécois de valorisation des biotechnologies).

Contamination

C’est dans un contexte particulier que se dérouleront les échanges.Deux cas d’infection à la bactérie E. Coli ayant la même souche que celle retrouvée dans les produits de boeuf cru provenant de l’entreprise XL Foods inc. et faisant l’objet d’un rappel ont en effet été confirmés par des analyses de laboratoire, selon les autorités du ministère de la Santé et des services sociaux du Québec.

Le début des symptômes des personnes affectées remonte à septembre. Celles-ci n’ont pas été hospitalisées et sont complètement rétablies. Ces deux cas font partie des 10 cas déclarés au Canada jusqu’à ce jour. Le Ministère mène des activités de vigie et de surveillance relativement à l’éclosion de cas humains présentant des symptômes s’apparentant à ceux causés par la bactérie E. Coli depuis l’avis émis par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) sur le sujet. Le MSSS est en lien étroit avec l’ACIA, Santé Canada, l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), pour poursuivre l’enquête sur les liens entre les cas sous investigation et les produits visés par le rappel. Rappelons que l’infection à la bactérie E. Coli peut entraîner de fortes douleurs abdominales et une diarrhée mêlée de sang. Elle peut mener à une hospitalisation et avoir des conséquences graves, allant jusqu’au décès. Certaines personnes sont davantage à risque, notamment les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées. La bactérie E. Coli peut se transmettre d’une personne à une autre. Une bonne hygiène s’impose si l’on croit en être infecté, incluant le lavage fréquent des mains. Il faut par ailleurs éviter de préparer des aliments si on souffre d’une maladie gastro-intestinale.

image