22 septembre 2011
Du nouveau au centre-ville
La SDC à la barre du Marché public
Par: Le Courrier
Le Marché public de Saint-Hyacinthe se trouvera dorénavant sous la gouverne de la SDC du centre-ville.

Le Marché public de Saint-Hyacinthe se trouvera dorénavant sous la gouverne de la SDC du centre-ville.

Les habitués du Marché public de Saint-Hyacinthe le découvriront petit à petit : cette vénérable institution maskoutaine vit ces temps-ci sous le signe du changement.

Publicité
Activer le son

Avec la bénédiction de la Ville de Saint-Hyacinthe et celle des marchands, la Société de développement économique du centre-ville (SDC) va s’installer officiellement aux commandes du Marché public et s’efforcer de le rendre plus vivant que jamais.

« Ce sont des modifications intéressantes. Ça ouvre la porte à des initiatives qui vont dynamiser davantage le centre-ville », a indiqué le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, en parlant de la nouvelle entente concernant le marché public que vient d’entériner le conseil municipal.La Ville, qui est propriétaire de l’immeuble commercial du 1555, rue des Cascades, s’en remettra dorénavant à la SDC pour la gestion du marché public. Ce virage signifiera la disparition de la corporation Les Commerçants du vieux marché, à qui la Ville versait jusqu’ici l’enveloppe allouée à la gestion du marché public. Cette subvention, qui se chiffre à 65 000 $ en 2011, sera dorénavant entièrement administrée par la SDC. Du côté des commerçants installés au marché public, personne semble-t-il ne s’en plaindra. Depuis quelques années, ils avaient pris l’habitude de confier à la SDC divers mandats touchant le marché, comme celui d’entretenir les lieux. « Tout le monde est content. Pour nous, ce sera plus simple », a commenté Alva Gagnon, saucissier chez William J. Walter.Du côté de la SDC, la satisfaction face à la nouvelle entente est aussi bien palpable. « On va pouvoir précéder à un véritable arrimage entre le marché public et le centre-ville. Nous avons un beau marché, il est central et les gens l’aiment. Il faut juste l’animer un peu plus. Là, ça bouillonne : tout en train de se mettre en place », assure le directeur général de la SDC, Simon Cusson.Actuellement, sept commerçants logent à l’intérieur du marché et une vingtaine d’autres se succèdent aux emplacements extérieurs, selon les saisons et leurs spécialités : étals de produits de l’érable, de fleurs, de fruits et légumes, de citrouilles, de sapins. « L’an passé, c’était occupé au tiers, ce qui n’est pas beaucoup. Il faut retravailler ça. Un marché public, il faut que ce soit vivant », poursuit M. Cusson.Afin d’attirer de nouveaux commerçants au marché et d’y augmenter l’achalandage, il explique que la SDC mettra l’accent sur l’animation, en tenant par exemple des activités thématiques comme « Les samedis de l’art » qui ont lieu cet été. « On s’en va vers le bon côté », affirme M. Cusson.Dans le cadre de la nouvelle entente, la Ville, en plus de l’enveloppe de 65 000 $, versera à la SDC le produit des baux pour les emplacements extérieurs du marché, soit environ 17 000 $ par an. Pour l’année 2011, la SDC touchera 50 % de ce montant en vertu d’une mesure transitoire.

image