18 février 2021
La SDC accuse un déficit de 91 000 $
Par: Jean-Luc Lorry

La SDC centre-ville anticipe un déficit estimé à 91 000 $. Photothèque | Le Courrier ©

Dans un souci de transparence, la Société de développement commercial (SDC) centre-ville a informé ses membres qu’elle prévoit leur présenter un bilan financier écrit à l’encre rouge.

Publicité
Activer le son

« Comme vous le savez, toutes nos activités ou presque ont été annulées, ce qui signifie des pertes de subventions et de revenus. À ce jour, notre déficit est estimé à environ 91 000 $, dont approximativement 52 000 $ qui représentent le total des cotisations impayées de nos membres pour l’année 2020 », peut-on lire dans l’infolettre Pignon Express envoyée aux membres de la SDC le 10 février.

La SDC a prévenu ses membres que des avis de cotisations impayées avaient été envoyés incluant l’ajout d’intérêts. « Nous comprenons que l’année dernière a été très difficile pour tous, mais sachez que le budget de rayonnement de notre centre-ville est financé par vos cotisations », rappelle l’organisme.

Dans sa missive, la SDC dit avoir investi 240 000 $ en 2020. Ce montant a été dépensé entre autres dans l’achat de publicités auprès de divers médias (90 000 $) et la décoration extérieure incluant le plafonnier urbain (75 000 $).

« Malgré les pertes financières, sachez que nous travaillons déjà d’arrache-pied afin d’élaborer une programmation dynamique pour les mois à venir. Une démarche de réflexion sera mise en place via des groupes de travail et nous comptons sur votre implication afin que notre centre-ville soit à votre image », souligne la SDC.

Invité à commenter la situation, le président de la SDC, Stéphan Rhéaume, a décliné notre demande d’entrevue.

Selon les prévisions budgétaires 2020 de la Ville de Saint-Hyacinthe, le montant des cotisations des entreprises situées dans le périmètre du centre-ville, collectées puis reversées à la SDC, est évalué à 300 000 $. Le taux de cotisation est fixé annuellement par la SDC.

Informé dernièrement de la santé financière précaire de la SDC, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, se dit inquiet de la situation.

« La SDC est un organisme nécessaire et important puisqu’il représente l’ensemble des commerçants du centre-ville », considère le maire Corbeil en entretien téléphonique au COURRIER.

Le premier magistrat rappelle que la Ville joue un rôle « d’aiguilleur » pour les programmes gouvernementaux d’aides financières, mais ne peut offrir un soutien monétaire.

« Je suis très préoccupé par la situation que vivent nos commerces et boutiques ainsi que par le milieu culturel. Il faut aller frapper aux bonnes portes. Je constate que plusieurs personnes ne se prévalent pas de ces programmes, alors qu’elles doivent le faire », souligne-t-il.

M. Corbeil rappelle les efforts déployés par la Ville dans le contexte de la pandémie comme le possible report de trois mois pour le paiement des taxes municipales.

Pour traverser la crise sanitaire, la Ville s’engage à aider financièrement la SDC. « Pour 2021, la Ville a contribué à hauteur de 75 000 $ pour soutenir l’administration de la SDC. Une somme de 20 000 $ est prévue pour soutenir la promotion du Marché public et un montant 50 000 $ servira à accompagner les activités de type animation si elles ont lieu », détaille Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville.

Aides financières aux entreprises

Plusieurs entreprises qui ont pignon sur rue au centre-ville ont eu accès aux programmes d’aide financière mis sur pied par Québec et Ottawa. Localement, ceux-ci sont gérés conjointement par le service économique de la MRC des Maskoutains et Saint-Hyacinthe Technopole.

« Dans le volet 1 (Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises), trois entreprises ont demandé de l’aide pour un total de 106 000 $ et dans le volet 2 (Aide aux entreprises en régions en alerte maximale), neuf entreprises ont obtenu 276 580 $ », indique Denyse Begin, agente de communication à la MRC des Maskoutains.

Le Programme d’aide à l’implantation de commerces au centre-ville a quant à lui profité à 14 entreprises, selon un bilan dressé par Saint-Hyacinthe Technopole un an après sa mise en place.

En 2020, un montant totalisant 151 806 $ en aides financières a été consenti par la Ville pour faciliter l’installation de nouveaux commerces ou pour permettre un agrandissement.

Parmi ces entreprises, celles qui sont en activité depuis au moins six mois peuvent déposer une demande d’aide financière gouvernementale dans le cadre de la pandémie.

image