24 janvier 2013
Projet d'aréna privé
La Société d’agriculture fixe ses conditions
Par: Le Courrier

La Société d’agriculture a présenté à la Ville de Saint-Hyacinthe une proposition qui rend toujours possible la construction et la gestion, par une entreprise privée, d’un aréna de trois glaces sur le site de l’Exposition agricole.

Mais encore faut-il que cette proposition soit acceptée tant par la Ville que par son partenaire privé dans le dossier, la firme Syscomax. « C’est à eux de décider. La balle est dans leur camp », a indiqué au COURRIER le secrétaire général de la Société d’agriculture, Richard Robert.

Au lieu de construire elle-même la quatrième glace dont la population de Saint-Hyacinthe a besoin, la Ville est très tentée d’opter pour le concept que lui a soumis Syscomax. Cette entreprise est prête à investir 15 millions $ dans la construction du complexe de trois glaces dont elle assumerait la gestion durant 60 ans, tandis que la Ville ne conserverait qu’un seul de ses trois arénas publics, le stade L.-P.-Gaucher.L’aréna C.-A.-Gauvin serait transformé pour répondre aux besoins des clubs de gymnastique, de judo, de boxe et d’haltérophilie, tandis que le Pavillon de la Jeunesse serait démoli.Dans la première version du projet Syscomax, le complexe privé occupe l’emplacement du Pavillon de la Jeunesse, cet aréna qui se trouve près du stade L.-P.-Gaucher, sur le site de l’Exposition agricole. Mais la Société d’agriculture refuse que les trois glaces soient construites à cet endroit et la Ville, en vertu d’une vieille entente notariée, ne peut toucher au Pavillon de la Jeunesse sans le consentement de la Société d’agriculture.Toutefois, le complexe Syscomax pourrait être réalisé ailleurs sur le site de l’Exposition, et c’est ce que la Société a expliqué aux représentants de la Ville. Ce terrain occupe la partie nord-est du site, derrière les maisons de la rue Pagé; l’endroit sert d’aire d’accueil aux exposants d’animaux durant l’exposition, mais selon M. Robert, le stationnement d’une des écoles des alentours pourrait aussi faire l’affaire.Il a précisé qu’en échange de cet emplacement pour le projet des trois glaces, la Société d’agriculture récupèrerait le Pavillon de la jeunesse et les terrains de tennis pour ses propres besoins, de même que le vieux Centre culturel, qu’elle utiliserait au moins durant les cinq prochaines années. Richard Robert a expliqué que dans le contexte de l’abandon du concours provincial de jugement d’animaux par Expo Québec, la grande foire agricole de Québec, l’Exposition de Saint-Hyacinthe veut s’assurer qu’elle peut prendre de l’expansion.

Bonne nouvelle

À la séance du conseil municipal de lundi, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, a annoncé que la Ville avait reçu le matin même la proposition officielle de la Société d’agriculture quant à l’utilisation possible d’un nouvel emplacement. Il a laissé entendre que ce changement de site était même souhaitable puisqu’il permettrait à la Ville de conserver ses trois arénas durant la construction du complexe privé.

Mais pour Jean-François Daoust, ce citoyen qui talonne la Ville dans le dossier des glaces depuis le début, il s’agit d’un nouveau projet qui mérite donc une nouvelle réflexion. « En tant que citoyens, aurons-nous la chance d’être consultés? », a-t-il questionné.Mais le maire Bernier lui a répondu qu’il n’y aurait pas d’autre consultation dans ce dossier et que les élus allaient prendre une décision lorsqu’ils auraient reçu toute l’information nécessaire. « Je n’appelle pas ça un projet nouveau, j’appelle ça un projet déplacé », a-t-il nuancé.

image