7 mai 2015
La subvention pour le tunnel/viaduc Casavant se fait attendre…
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Le tunnel – ou le viaduc – ­Casavant fait rêver Saint-Hyacinthe ­depuis longtemps. Le projet est sur la tablette en attendant une ­subvention d’Ottawa et de ­Québec.

Seriez-vous aussi estomaqués que moi en apprenant que le gouvernement ­Couillard laisse dormir 1,77 milliard de dollars à Ottawa depuis un peu plus d’un an? Oui, l’argent du Nouveau Fonds Chantier Canada (NFCC) est disponible depuis le 1er avril 2014!

Ce programme compte plusieurs ­composantes, dont le Volet Infrastructures provinciales-territoriales (VIPT), qui a pour objectif de soutenir des projets d’infrastructures d’importance ­nationale, régionale et locale. C’est dans ce ­volet que se trouve le 1,77 milliard de ­dollars dédié aux projets soumis par le gouvernement du Québec.

Plusieurs maires du Québec ont déjà soumis des projets et attendent ­impatiemment une réponse. Sans vouloir être pessimiste, ils risquent d’attendre jusqu’à l’élection fédérale de l’automne 2015.

Interrogé par la Coalition Avenir ­Québec lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, le gouvernement libéral n’a pas été en mesure de ­confirmer combien de projets avaient été ­acheminés à Ottawa depuis un an. On peut se douter que cette absence de ­réponse est en fait l’aveu qu’aucun projet n’a été envoyé. La raison invoquée par Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement Couillard : « ça bloque à Ottawa et pas question de se mettre à genoux dans la négociation ».

Assez surprenant comme réponse. ­Québec n’a aucune négociation à faire, justement pour éviter de longues ­négociations et de longs retards au ­niveau de la mise en oeuvre du NFCC.

Pourquoi le gouvernement Couillard veut tout-à-coup négocier? Pourtant, ce même gouvernement était le seul de toutes les provinces canadiennes à briller par son absence lors des pourparlers avec Ottawa en février 2014.

Pourquoi pénaliser l’ensemble des ­municipalités? Combien de travailleurs attendent inutilement les emplois que ces projets pourraient financer?

Pendant que les autres provinces et ­territoires profitent des retombées ­économiques de ce programme, nous, Québécois, nous faisons littéralement endormir par le gouvernement Couillard.

Les municipalités québécoises ont déjà manqué la saison de construction 2014 parce qu’elles n’avaient pas accès au ­financement du NFCC. Le printemps est déjà bien avancé, allons nous aussi ­manquer la saison 2015?

Certains diront que nous avons bien peu de chance d’annoncer un projet via ce ­programme avant les élections ­fédérales de cet automne. Il semble en effet que la ­perspective de voir une photo incluant un ­ministre conservateur du gouvernement ­fédéral actuel donnant un chèque provenant du NFCC exaspère le gouvernement ­Couillard au point où il n’hésite pas à tout retarder. Qui sait, leur cri de ralliement en caucus, derrière les portes closes, est peut-être « Aidons Justin »!

image