14 janvier 2021
Travaux de rénovation à la SAQ
La succursale du centre-ville non relocalisée : le président de la SDC voit rouge
Par: Jean-Luc Lorry

Fermée pour travaux de rénovation et d’aménagement, la succursale de la SAQ au centre-ville pourrait rouvrir ses portes au plus tard au début de l’été, selon une estimation de la société d’État. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La décision de la Société des alcools du Québec (SAQ) de ne pas relocaliser sa succursale du centre-ville durant sa fermeture pour travaux de rénovation et d’aménagement irrite fortement la Société de développement commercial (SDC) centre-ville Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Fermée depuis mercredi, cette succursale qui connaît un fort achalandage depuis le début de la pandémie rouvrira ses portes au plus tard au début de l’été, évalue la SAQ.

« Nous souhaitons que les travaux se terminent le plus tôt possible au printemps. Toutefois, dans le contexte pandémique actuel, nous préférons être plus conservateurs dans nos prévisions pour la réouverture de la succursale », indique Yann Langlais-Plante, porte-parole aux Affaires publiques et communications de la SAQ.

Pour accommoder la clientèle, la société d’État invite les consommateurs à faire leurs achats à la succursale située dans le quadrilatère des Galeries St-Hyacinthe.

« À la SDC, nous sommes déçus par cette décision. Nous traitons avec un monopole. Dans mon esprit, un organisme paragouvernemental a un mandat de revitalisation économique et non de dévitalisation », considère Stéphan Rhéaume, président de la SDC centre-ville Saint-Hyacinthe, en entrevue au COURRIER.

« Je suis également très déçu des réponses de la députée [Chantal Soucy] dans ce dossier. On aurait eu besoin d’un coup de pouce du gouvernement pour éviter de perdre un joueur essentiel au dynamisme du centre-ville », poursuit sur sa lancée M. Rhéaume.

Pourtant, l’été dernier, il était question que la SAQ déniche au centre-ville un pied-à-terre temporaire, comme ce fut le cas lors des dernières rénovations de cette succursale. « Les recherches pour trouver un local temporaire durant cette période ne sont pas amorcées », avait alors précisé Linda Bouchard, agente d’information à la SAQ.

« La SAQ au centre-ville est une locomotive pour l’achalandage au même titre que le Marché public. Le marché et la SAQ représentent une belle conjugaison alimentaire. En coupant même temporairement le robinet, on va habituer les consommateurs à se rendre à la succursale du secteur nord de la ville », déplore le président de la SDC.

Succursale plus petite

Situé au coin de l’avenue Saint-Denis et de la rue des Cascades, l’immeuble qui loge la succursale du centre-ville appartient au Groupe Fluet, un promoteur immobilier maskoutain.

En septembre 2010, le Groupe Fluet avait signé un bail de 10 ans avec la SAQ, qui a été renouvelé pour 10 années supplémentaires à la même adresse.

Ces travaux, qui seront effectués en partie par le Groupe Fluet, réduiront l’aire de vente et celle dédiée à l’entreposage des produits alcoolisés. D’une superficie de 4400 pieds carrés, la future succursale occupera un espace de l’ordre de 2900 pieds carrés.

En entretien téléphonique au COURRIER, le président du Groupe Fluet, Enrico Fluet, mentionne que le mandat confié à son entreprise sera terminé au courant du mois d’avril. « Après nous, la SAQ complètera les travaux comme l’aménagement des locaux et l’installation du système de sécurité », précise M. Fluet.

Initialement, la SAQ avait dans sa mire l’immeuble commercial où logeait l’ancienne boutique de vêtements pour femme Et Cetera, située au coin de la rue des Cascades et de l’avenue Mondor. Ce projet ne s’est finalement pas concrétisé.

image