20 avril 2017
Carte blanche
La surcharge
Par: Pierre Bornais
publicité

Il y a quelques semaines à peine, les dirigeants de Bombardier ont eu droit à l’indignation populaire et à une volée de bois vert pour vouloir se gaver aux frais des contribuables.

Et c’était largement mérité, pratiquement tout le monde y voyant une marque d’insolence inédite après avoir touché une subvention importante de Québec.

Au cours des derniers jours, les journaux ont rendu public la surfacturation des frais d’électricité, en toute connivence entre Hydro-Québec et le gouvernement Couillard.

Et cette spoliation est passée comme une lettre à la poste, ne faisant pratiquement aucune vague, même si dans ce dernier cas, on parlait aussi de 1,2 milliard de dollars!

Du côté d’Hydro-Québec, on évoque l’éventuelle possibilité de tenir compte de ce « détournement » quand viendra le temps de demander une hausse des tarifs.

Cela reste à voir puisque la Régie de l’énergie était certainement au courant de cette manœuvre d’un goût douteux en accordant la toute récente hausse de l’énergie.

Bien sûr, tous les néo-capitalistes qui dirigent notre économie ne diront pas un seul mot pour questionner cette approche, eux qui estiment déjà que les consommateurs domiciliaires devraient payer toujours plus et les compagnies moins.

S’il fallait une preuve supplémentaire pour comprendre à quel point Hydro-Québec n’appartient plus aux Québécois, mais au seul gouvernement, elle est faite!

Certains diront que cela ne fait aucune différence puisque ces sommes sont utilisées par le gouvernement pour « le bien public ». Mais qui détermine alors ce dernier? 

image