25 avril 2019
MRC des Maskoutains
La transaction EMP#146
Par: Martin Bourassa

Ce n’est pas donné à tout le monde de réussir son divorce ou de se séparer à l’amiable. Parlez-en à la SDC centre-ville et à Développement économique des Maskoutains (DEM), le bras économique de la MRC des Maskoutains.

Ces deux organismes se sont tous séparés d’un dirigeant important ces derniers mois et, chaque fois, ce fut au terme de grandes manœuvres plutôt vaseuses.

Si ce passage obligé que représente le fait de devoir mettre un terme à une relation professionnelle n’est jamais facile ni agréable, il y aurait sans doute moyen de la faire avec un minimum de doigté. Mais ce n’est pas en multipliant les cachoteries comme l’a fait la SDC dans le cas de Simon Cusson et comme vient tout juste de le faire la MRC des Maskoutains avec Charles Fillion, directeur associé à DEM, que l’on réussira.

Au contraire, en faisant tout pour brouiller les pistes et tenir les médias à l’écart, ces organisations ne font qu’alimenter inutilement la machine à rumeurs à l’égard des principaux intéressés et d’elles-mêmes. Dommage, car comme je le dis au moins deux fois par semaine, on y gagne bien souvent en disant la vérité et en prônant la transparence. C’est encore plus vrai dans une petite communauté comme la nôtre et quand une organisation publique est impliquée. Tout finit toujours par se savoir, alors autant dire la vérité en partant. Dans le cas de DEM, le flou artistique autour du départ de Charles Fillion n’a pas sa raison d’être, d’autant plus que DEM est une créature qui relève de la MRC des Maskoutains. C’est une organisation 100 % publique autant dans sa structure que dans son financement. Elle doit obligatoirement rendre des comptes sur sa gestion et son administration. Elle est redevable et imputable. Désolé, mais clause de confidentialité ou pas, le directeur général de la MRC, André Charron, et la préfet Francine Morin ne peuvent se contenter de hausser les épaules quand on les interroge sur le départ de M. Fillion et surtout, surtout sur le possible versement d’une prime de séparation payée à même les fonds publics. Nous avons le droi d’insister pour obtenir des réponses. J’ai peine à croire que tous les maires de la MRC aient accepté de marcher aveuglément dans ce plan qui a permis de se départir de M. Fillion au terme d’une obscure résolution du conseil où la fin d’emploi du directeur est simplement présentée comme la transaction EMP#146 – Approbation.

Pourquoi autant de mystère et de cachoteries? Les mauvaises langues diront que les façons de procéder de la Ville de Saint-Hyacinthe dans plusieurs dossiers commencent à déteindre sérieusement sur la MRC. Permettez que je ne sois pas aussi cynique.

J’attribuerais plutôt cela au manque d’expérience de la haute direction de la MRC dans ce genre de situation ou encore aux mauvais conseils reçus au moment de se faire accompagner dans ce dossier. On s’attend à mieux.

image