31 août 2017
La Ville a surfacturé des travaux à ses citoyens
Par: Rémi Léonard
Des dizaines de citoyens du secteur Saint-Thomas-d’Aquin ont soulevé le 7 août en séance du conseil des irrégularités dans les factures que la Ville leur a fait parvenir. Linda Roy avait pris la parole pour le groupe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Des dizaines de citoyens du secteur Saint-Thomas-d’Aquin ont soulevé le 7 août en séance du conseil des irrégularités dans les factures que la Ville leur a fait parvenir. Linda Roy avait pris la parole pour le groupe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les citoyens du secteur Saint-Thomas-d’Aquin qui affirmaient devoir éponger une facture trop importante pour des travaux d’égouts et d’aqueduc réalisés en 2015 avaient finalement raison de se plaindre.

publicité

Après vérifications, il s’avère que les factures envoyées aux résidents comportent « effectivement des erreurs », a reconnu la semaine dernière le conseiller du secteur, Jacques Denis. La Ville devra donc refaire ses devoirs afin de revenir avec une facture conforme pour la soixantaine de propriétaires de cette section du boulevard Laframboise. Entretemps, les dates limites de paiement seront reportées, a aussi spécifié M. Denis.
Ces travaux se sont élevés à un peu plus de 1,8 M$ au total, soit près de 475 00 $ en dépassement de coûts par rapport au contrat initial. La facture pour le remplacement de la vieille conduite d’aqueduc, qui aurait dû être assumée par la Ville, aurait été refilée aux citoyens, dénonçaient notamment ceux-ci.
Lorsque l’imbroglio sera démêlé, la Ville rencontrera les résidents pour leur présenter les détails de la nouvelle facturation, a rapporté Linda Roy, la résidante qui avait interpellé le conseil municipal le 7 août. Elle a reçu ces informations lors d’une rencontre avec le maire Claude Corbeil lundi. Les propriétaires qui auraient déjà réglé la note recevront un remboursement « dans les prochains jours », a-t-elle aussi ajouté.
Sans vouloir « chercher des coupables », le conseiller Jacques Denis a expliqué que des consultants avaient collaboré avec la Ville dans ce projet et qu’une « mauvaise liste de facturation » s’est visiblement glissée dans le calcul du partage des coûts. Le conseiller assume tout de même sans se défiler que « la Ville a une responsabilité dans la situation ».

image