15 avril 2021
La Ville achète l’immeuble du bar Le Grand Tronc
Par: Rémi Léonard

L’édifice abritant le bar Le Grand Tronc est maintenant détenu par la Ville de Saint-Hyacinthe, ce qui n’empêchera pas le commerce de continuer à opérer… lorsque ce sera possible, selon le contexte sanitaire. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Deux nouvelles acquisitions municipales au centre-ville ont été confirmées à la séance du conseil du 6 avril, l’une d’elles visant la bâtisse abritant le bar Le Grand Tronc, au 1110-1180 Laframboise. Plus surprenant encore, la transaction prévoit que l’établissement pourra poursuivre ses activités pour au moins quatre ans.

Publicité
Activer le son

L’objectif de la Ville était de mettre la main sur les propriétés de ce quadrilatère afin de prévoir l’aménagement éventuel d’une gare intermodale dans le secteur. La gare actuelle se trouve en effet juste en face et la relocalisation du terminus d’autobus à cet endroit favoriserait la connexion de ces deux modes de transport en commun.

Dans l’éventualité où le projet de train à grande fréquence voit le jour sur la rive nord du Saint-Laurent, cette nouvelle dynamique pourrait libérer la voie ferrée sur la rive sud entre Québec et Montréal, offrant ainsi plus de possibilités de départs pour Saint-Hyacinthe, a soulevé le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau.

Ce projet n’est toutefois pas envisagé à court terme, ce qui explique qu’un bail commercial de quatre ans a été négocié avec la propriétaire des lieux, Julie Lecours, au moment de la transaction. L’opérateur du bar, une compagnie à numéro dont l’actionnaire principal est David Brunette, désirait en effet poursuivre ses activités. Le loyer a été fixé à 1680 $ par mois, indexable annuellement. Le montant de la vente s’élève quant à lui à 510 000 $ pour cet immeuble évalué à 324 100 $.

Véritable institution maskoutaine, les origines du bar Le Grand Tronc remontent à 1904, est-il indiqué sur son site Internet, soit peu après la construction de la gare de l’autre côté de la rue. Il s’agissait à l’origine d’un hôtel.

Un deuxième immeuble, situé au 1070-1080 Laframboise, dans le même quadrilatère, a aussi été acheté par la Ville à l’entreprise Plexair pour un peu plus de 1 080 000 $. Il était évalué à 805 300 $. Le bâtiment a déjà abrité l’entreprise Valanga et compte également des logements à l’étage. Le DG de la Ville a d’ailleurs indiqué que les lieux pourraient éventuellement servir à l’Office d’habitation des Maskoutains et d’Acton pour atténuer les besoins criants en logement à Saint-Hyacinthe. Rappelons que l’an dernier, la Ville a aussi procédé à l’acquisition des immeubles de la Coop aux p’tits soins et de l’Association de la construction Richelieu-Yamaska, tous deux adjacents au stationnement municipal qui occupe une bonne partie du quadrilatère. Il reste tout de même quelques immeubles appartenant toujours à des propriétaires privés dans cette zone.

image