25 septembre 2014
Stationnement au centre-ville
La Ville adoucit sa position
Par: Benoît Lapierre
Le président de la SDC Centre-Ville, François Grisé (au premier plan), s’est dit satisfait des ajustements annoncés par le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, dans le délicat dossier du stationnement. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le président de la SDC Centre-Ville, François Grisé (au premier plan), s’est dit satisfait des ajustements annoncés par le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, dans le délicat dossier du stationnement. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’un des nouveaux horodateurs du centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’un des nouveaux horodateurs du centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sans reculer dans l’implantation d’horodateurs pour contrôler dorénavant les cases de stationnement payantes au centre-ville, la Ville de Saint-Hyacinthe y va d’un certain nombre de concessions qui seront sans doute bien accueillies par les citoyens et les marchands du secteur.

publicité

« Les ajustements présentés aujourd’hui montrent que la Ville est à l’écoute des préoccupations du milieu. Au cours des derniers mois, nous avons rencontré la SDC à plusieurs reprises à ce sujet. Les changements annoncés répondent à la grande majorité des demandes qu’elle a exprimées au nom de ses membres. Bien sûr, dans un monde idéal, tous les stationnements demeureraient gratuits. Cependant, pour revitaliser le centre-ville, nous devons investir plusieurs millions de dollars au cours des prochaines années et la tarification des stationnements est l’une des sources de financement prévues à cette fin », a déclaré hier matin le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, en conférence de presse.

II s’est adressé aux journalistes en compagnie du président de la Société de développement commercial centre-ville (SDC), François Grisé, qui s’est dit heureux des changements apportés. Il a rappelé que le 15 septembre, une trentaine de membres de la SDC s’étaient réunis pour discuter du plan mis de l’avant par la Ville et pour dresser une liste de propositions à lui soumettre. « Nous avons vu une grande ouverture de la Ville pour éliminer ces irritants. Nos attentes ont presque toutes été entendues et respectées, et nous nous devons d’accepter ce qui nous est présenté », a-t-il affirmé.

25 cents

En annonçant, le 30 juillet, l’implantation d’horodateurs pour remplacer les parcomètres au centre-ville, la Ville avait causé un certain émoi chez les Maskoutains, d’abord parce que le tarif de base était porté de 25 cents la demi-heure à 1 $ l’heure.

Or, à compter du 16 octobre, date à laquelle tous les ajustements entreront en vigueur, il sera possible de se garer dans une case payante durant seulement 15 minutes à un coût de 25 cents, et d’ajouter 25 cents pour chaque tranche de 15 minutes additionnelle : 25 cents pour 15 minutes, 50 cents pour 30 minutes, 75 cents pour 45 minutes, 1 $ pour une heure, et ainsi de suite.

La période maximale de stationnement dans une case payante sera portée de deux à quatre heures, sauf dans la zone dite « professionnelle » – le pourtour du parc Casimir-Dessaulles – où elle sera prolongée à cinq heures. Par ailleurs, le stationnement au centre-ville redeviendra gratuit partout le dimanche et durant la période des Fêtes, du deuxième lundi de décembre jusqu’au 2 janvier, mais restera contrôlé du lundi au mercredi de 9 h à 18 h, le jeudi et le vendredi de 9 h 30 à 21 h et le samedi, de 9 h 30 à 18 h.

Dans les espaces gratuits à proximité du Carrefour des Cascades face à la pharmacie Jean-Coutu, la durée de stationnement autorisé passera de 20 à 60 minutes. Quant aux stationnements publics Intact, autour du Centre des arts, et Centre-ville, à l’arrière du Jean-Coutu, ils comporteront davantage de cases sans limitation de la durée du stationnement, mais leur nombre n’a pas été précisé.

Le maire Corbeil a aussi annoncé que la deuxième phase d’implantation d’horodateurs au centre-ville – 275 nouvelles cases devaient devenir payantes le 1er octobre – était reportée à une date ultérieure. Là aussi, il y aura sans doute des changements. « Il y aura peut-être 25 ou 30 cases tarifées en moins », a avancé le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau. Il a toutefois confirmé que la Ville a prévu une phase III, qui visera celle-là le reste du territoire. « Le stationnement, c’est une question sensible dans toutes les villes, et ça prend du courage politique pour prendre des décisions comme celles-là », a-t-il commenté.

Au cours des prochains jours, le paiement du stationnement à l’aide d’un téléphone intelligent deviendra une nouvelle possibilité offerte aux usagés. Notons enfin qu’en ce qui concerne les règles régissant le stationnement autour de l’hôpital Honoré-Mercier, aucun changement n’est envisagé.

image