9 mars 2017
Stationnement du parc Les Salines
La Ville et le concepteur règlent hors cour
Par: Jean-Luc Lorry
La Ville et le concepteur règlent hors cour

La Ville et le concepteur règlent hors cour

Stationnement du parc Les Salines. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Stationnement du parc Les Salines. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe et la firme de paysagement Objectif paysage ont évité la tenue d’un procès de neuf jours dans le litige qui les oppose sur la conception du stationnement du parc Les Salines. Les parties se sont entendues sur les termes d’un règlement hors cour avant le début des procédures qui étaient planifiées en février, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Cette entente à l’amiable dont le contenu demeure confidentiel met fin à une partie de bras de fer judiciaire qui dure depuis cinq ans. 

Au printemps 2013, la Ville s’était retournée contre Objectif paysage en raison de l’état du stationnement qu’elle qualifiait dans sa poursuite de « déficient, dangereux et inapproprié ». Elle considèrait que cet ouvrage se détériorait en raison de vices de conception.

La municipalité réclamait à Objectif paysage, une firme de paysagement basé à Mont-Saint-Hilaire, un montant de 1 518 182 $. Dans la requête introductive d’instance en dommages amendée, dont nous avions obtenu copie, la Ville chiffrait à plus de 1,2 M$, le coût des réparations et de reconstruction du stationnement, tout en respectant le concept de stationnement vert.

Le projet appelé « Aménagement du secteur sud du parc Les Salines » a déjà représenté une dépense de plus de 1,2 M$. Plus précisément, la Ville a versé à Objectif paysage une somme de 101 237 $ en honoraires professionnels pour la conception des plans et devis et pour la surveillance des travaux du stationnement et des aménagements paysagers. 

En 2009, la municipalité avait octroyé un contrat de 1 165 404 $ à la firme Infrastructure Rive-Sud pour la réalisation des travaux d’aménagement du secteur sud du parc. 

Ces deux contrats s’inscrivaient dans le projet de construction d’un nouveau chalet du parc Les Salines. Inauguré en février 2010, le coût de construction de l’actuel chalet incluant l’aménagement extérieur et un garage connexe érigé en 2006 représentait un investissement de 3,3 M$. 

Travaux cet automne

La bataille judiciaire étant chose du passé, la Ville souhaite maintenant apporter des améliorations au site plutôt que s’en tenir strictement à une réfection du stationnement.

« La Ville souhaite améliorer la fluidité du réseau cyclable, aménager un débarcadère pour les autobus scolaires ainsi qu’ajouter des cases de stationnement », précise Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe.

« Ce printemps, la Ville se penchera sur le concept de réaménagement du stationnement. Il est prématuré de communiquer des montants pour ces travaux qui se feront cet automne. Tout cela commandera un règlement d’emprunt », poursuit-elle.

Un montant de 1 296 000 $ a tout de même été réservé au Programme triennal d’immobilisations (PTI) pour la réfection du stationnement.

Frais d’expertises et juridiques de 105 000 $

Si l’on se réfère à la requête introductive d’instance en dommages amendée, la Ville a dépensé plus de 50 000 $ en frais d’expertises. Les honoraires de l’ingénieur Louis Dumont pour la production d’un rapport d’expertise et d’un second rapport de contre-expertise se sont chiffrés à 39 695 $. 

Quant aux honoraires de la firme d’ingénierie Roche pour la remise d’un autre rapport d’expertise, ceux-ci se sont élevés à 10 807 $.

Concernant les frais juridiques déboursés auprès du cabinet d’avocats Sylvestre & Associés, ceux-ci se sont élevés à 54 425 $.

image