26 décembre 2019
Erreur d’implantation du Centre de congrès
La Ville poursuit une firme d’arpenteurs-géomètres
Par: Jean-Luc Lorry

Le Centre de congrès de Saint-Hyacinthe est relié aux Galeries St-Hyacinthe par une passerelle aérienne. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe réclame un montant de près de 440 000 $ à la firme d’arpenteurs-géomètres Bérard Tremblay qui agissait comme sous-traitant dans le projet de construction du Centre de congrès de Saint-Hyacinthe, a appris LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Dans la poursuite déposée en Cour supérieure, dont nous avons obtenu copie, la Ville dénonce une erreur d’implantation du futur centre de congrès qui a occasionné « des impacts majeurs sur les coûts de construction de cet ouvrage ».

Propriété de la Ville, le centre de congrès a été construit sur un terrain situé sur le site des Galeries St-Hyacinthe en étant érigé de manière contiguë au centre commercial qui appartient à Beauward Immobilier. Les deux édifices devaient être reliés par une passerelle aérienne.

Dans ce projet destiné à relancer le tourisme d’affaires, Beauward Immobilier s’était engagé à bâtir un hôtel haut de gamme adjacent au centre de congrès.

En septembre 2016, le Groupe Décarel a obtenu le mandat de construction du Centre de congrès. Pour ce contrat, l’entrepreneur général avait fait appel à divers sous-traitants dont la firme d’arpenteurs-géomètres Bérard Tremblay qui avait obtenu la commande d’implanter les lignes d’axes principales pour le projet de centre de congrès.

En mars 2017, la firme Neuf Architect(e)s impliquée dans le dossier fut avisée par le Groupe Décarel d’une erreur d’implantation du centre de congrès. Un décalage d’environ 370 millimètres fut constaté entre le Centre de congrès et le bâtiment existant (les Galeries St-Hyacinthe).

« Cette erreur d’implantation fut confirmée lors de la réunion de chantier du 9 mars 2017, où la Ville fut avisée que le décalage constaté proviendrait d’une erreur d’interprétation de Bérard Tremblay, qui aurait confondu deux axes lors de l’implantation de l’ouvrage », indiquent les procureurs de la Ville, la firme DHC Avocats de Montréal.

Sourde oreille de la firme visée

Fin mai 2017, la Ville et Beauward Immobilier avaient adressé une mise en demeure « à différentes parties », dont la firme d’arpenteurs-géomètres.

« En aucun temps la défenderesse [Bérard Tremblay] n’a-t-elle réagi ni répondu à la mise en demeure, si bien que la Ville a dû encourir et assumer d’importants coûts additionnels liés à l’erreur d’implantation », peut-on lire dans la requête introductive d’instance qui a été déposée le 23 mai 2019.

Dans ce dossier, la Ville dit avoir dépensé 439 390 $. Ce montant regroupe les coûts des matériaux, des honoraires et des mesures d’accélération.

En novembre 2018, l’assureur de la firme Bérard Tremblay avait mandaté le cabinet d’experts en sinistre Laguë Vary Verreault et Associés pour enquêter sur la réclamation de la Ville.

« Nous sommes rendus à l’étape des interrogatoires hors cour. Comme il s’agit d’un dossier judiciarisé, nous ne ferons pas de commentaires », a indiqué Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe.

image