14 décembre 2017
Usage des sels et abrasifs
La Ville redevient moins « verte »
Par: Benoît Lapierre
La Ville de Saint-Hyacinthe misera dorénavant sur l’expérience et le bon jugement de ses employés en ce qui concerne les opérations de déneigement. Photothèque Le Courrier

La Ville de Saint-Hyacinthe misera dorénavant sur l’expérience et le bon jugement de ses employés en ce qui concerne les opérations de déneigement. Photothèque Le Courrier

Changement de programme à Saint-Hyacinthe dans l’entretien hivernal du réseau routier. Après avoir réduit de moitié, durant trois hivers, les quantités totales de sels et d’abrasifs utilisées, la Ville revient à une politique plus souple à cet égard, principalement en ce qui concerne les rues résidentielles dites « locales ».

publicité

L’épandage de fondants, une pratique qui avait été abandonnée pour ces secteurs à partir de décembre 2014, redeviendra la méthode utilisée partout lorsque cette intervention sera jugée nécessaire pour la sécurité des citoyens.
« Avec le réchauffement climatique, on est plus souvent aux prises avec des cocktails météo qui nous amènent de la pluie, de la neige, du grésil et ensuite de la pluie verglaçante, tout ça suivi une heure plus tard d’une chute des températures dans les -20o, -25o. Nous fonctionnions dans un cadre relativement rigide qui se prêtait mal à ces situations et qui rendait l’entretien compliqué », a expliqué en conférence de presse le directeur du service des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière.
Il a annoncé que des changements dans la façon d’aborder le déneigement et le déglaçage des rues allaient être appliqués dès l’hiver 2017-2018. D’une part, les opérations de déneigement seront lancées dès que l’accumulation aura atteint 3 cm, au lieu de 5 cm comme l’indiquait la précédente politique d’entretien du réseau. D’autre part, l’épandage des fondants ne sera plus réservé exclusivement aux grandes artères, selon une nouvelle approche écoresponsable. « Lorsqu’il faudra se rendre dans les rues locales, on va y aller. Nous allons suivre de près les conditions météorologiques et réagir selon notre expérience et notre jugement. »
M. De Lachevrotière a mentionné qu’après l’entrée en vigueur du virage vert de 2014, les quantités de fondants utilisées avaient littéralement fondu, passant de 6613 à 3263 tonnes métriques, ce qui avait permis à la Ville d’économiser 275 000 $ dès l’hiver 2014 – 2015.
Évidemment, avec les interventions adaptées aux conditions météorologiques, il ignore quel sera l’impact budgétaire des changements apportés à la politique de déneigement, mais il croit néanmoins que la Ville pourra demeurer à l’intérieur des balises qu’elle s’est fixées dans son Plan environnemental. 

image