23 juin 2016
Le soccer récréatif à Saint-Hyacinthe
La Ville remet le ballon à l’ASSH
Par: Benoît Lapierre
La Ville remet le ballon à l’ASSH

La Ville remet le ballon à l’ASSH

Les corporations de loisirs de quartier n’auront plus rien à voir avec la pratique du soccer à Saint-Hyacinthe dès l’an prochain. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les corporations de loisirs de quartier n’auront plus rien à voir avec la pratique du soccer à Saint-Hyacinthe dès l’an prochain. Photo François Larivière | Le Courrier ©

À partir du printemps 2017, c’est l’Association du soccer de Saint-Hyacinthe (ASSH) qui s’occupera de tout le volet du soccer récréatif chez les jeunes, prenant ainsi la relève des corporations de loisirs pour les inscriptions, la formation des équipes et le recrutement des entraîneurs. Cela mettra fin de surcroit aux équipes formées à partir de joueurs issus d’un seul et même quartier.

publicité

Ainsi en a décidé le conseil municipal lundi soir, malgré un long plaidoyer du conseiller Bernard Barré en faveur du maintien d’une organisation de quartier pour les plus jeunes joueurs. Comme lui, la conseillère Annie Pelletier a voté contre le changement proposé. « Je suis complètement contre ça, et je vais vous dire pourquoi plus tard », a lancé M. Barré, après avoir écouté son collègue Sylvain Savoie annoncer les modifications à venir dans l’encadrement du soccer mineur.

« Le soccer, ça ne fait pas partie du mandat des loisirs de quartier. Maintenant, c’est l’Association qui va s’en occuper. On est rendu là, on doit adhérer à ça », a soutenu M. Savoie, durant le tour de table des conseillers.

Juste avant, à la période des questions du public, un représentant des Loisirs La Providence, André Simard, avait longuement discouru pour convaincre les élus de retirer de l’ordre du jour le point concernant l’orientation du conseil dans la gestion du soccer. Son intervention n’a pas convaincu le conseil de faire marche arrière.

Au moment de l’adoption de la résolution en question, le conseiller Barré en a repris chacun des « considérant » pour expliquer sa position sur le projet. « Avant 2007, on n’avait jamais eu de trouble avec ça, le soccer », a-t-il soutenu, en parlant du début de l’unification des volets récréatif et compétitif sous une même association, avec la création de l’ASSH. Il estime que la répartition des terrains de soccer dans les quartiers permet une décentralisation qui serait impossible à concrétiser dans d’autres organisations, comme celle du hockey mineur. « On était chanceux, on était tous autonomes : ce n’est pas négatif, c’est du positif pour nous (…). Ce soir, ce n’est pas Bernard Barré qui parle, ce sont les jeunes de La Providence : on est contre, complètement contre », a lancé le conseiller Barré.

Au point de presse qui a suivi la séance, le maire Claude Corbeil et le directeur général, Louis Bilodeau, ont expliqué qu’à Saint-Hyacinthe, les décideurs en matière de soccer se retrouvaient coincés entre la vieille tradition du sport de quartier et la volonté de développer le sport lui-même. « Mais la Ville veut continuer de privilégier les activités de quartier pour les plus jeunes », soutient le maire Corbeil.

Même si le projet adopté par le conseil ne le précise pas, des directives doivent être données à l’ASSH pour que les enfants de 4 à 8 ans puissent continuer de jouer au soccer sur le terrain de leur quartier, a confirmé au COURRIER le conseiller André Beauregard. Même s’il travaille aux Loisirs Douville à titre de coordonnateur et que le sujet traité le concernait au premier chef, M. Beauregard n’a pas craint de se prononcer en faveur du virage proposé dans la gestion du soccer. « Je ne me sentais pas mal à l’aise de voter, mais je ne voulais pas m’exprimer publiquement sur la question », a-t-il confié au COURRIER. S’il a donné son appui au projet, c’est qu’il croit qu’il sera bénéfique à long terme, notamment en raison de la difficulté de plus en plus grande qu’éprouvent les loisirs de quartier à former leurs équipes, en raison d’une baisse du bassin de jeunes joueurs. « Cet été, nos garçons 11-12 ans vont jouer à Sainte-Marie-Madeleine. L’an dernier, ce sont eux qui venaient ici », a-t-il souligné.

À partir de 2017, l’entretien et la préparation des terrains de soccer dans les quartiers relèveront de la Ville de Saint-Hyacinthe et non plus des corporations de loisirs.

Ces changements font évidemment le bonheur de l’Association de soccer de Saint-Hyacinthe qui n’a pas manqué de saluer « le courage des décideurs politiques ».

« Les énergies des bénévoles pourront dorénavant être investies au bon endroit (…) Tous les intervenants s’entendaient pour dire que les choses tournaient en rond et que les rôles n’étaient pas clairs », a commenté l’ASSH par voie de communiqué.

Celle-ci fera connaître son plan de match à l’automne, en vue de la prochaine saison.

image