18 avril 2013
Réaménagement de La Métairie
La Ville résilie un contrat
Par: Le Courrier

L’un des prémandats accordés par la Ville de Saint-Hyacinthe dans le cadre de la transformation de l’ancien couvent La Métairie en un pavillon culturel a été retiré à son détenteur initial, le Groupe CME, de Saint-Hyacinthe.

publicité

Ce bureau d’ingénieurs, qui avait été invité à présenter une proposition, avait obtenu un contrat de 14 831 $ pouvant aller jusqu’à 20 000 $ pour des services professionnels en ingénierie.

Mais comme l’a expliqué la directrice générale adjointe de la Ville, Chantal Frigon, CME ne possède pas dans son personnel un ingénieur possédant l’expertise requise en structure pour exécuter le travail demandé, chose que les autorités municipales ignoraient au moment de l’octroi du prémandat. « CME aurait dû faire exécuter le contrat en sous-traitance. Sur le plan juridique, ça plaçait la Ville en situation précaire, dans l’hypothèse où le mandat n’aurait pas été exécuté. La Ville n’aurait pas eu la possibilité de poursuivre le professionnel », a indiqué Mme Frigon après la séance du conseil municipal de lundi soir.Le conseil a donc accordé le contrat au deuxième plus bas soumissionnaire, la firme Cima +, qui possède un bureau à Saint-Hyacinthe. Ce contrat se chiffre à 16 383 $, mais pourrait atteindre 22 000 $.Toujours dans le dossier La Métairie, le conseil a octroyé lundi un autre contrat, cette fois pour obtenir une opinion sur l’état de l’enveloppe extérieure de l’édifice du 1675, Saint-Pierre Ouest et sur les interventions qui pourraient être requises. Ce contrat d’un montant maximum de 22 995 $ a été octroyé au bureau d’experts-conseils en bâtiment Patenaude-Trempe, de Varennes.Toujours opposée à un regroupement des organismes culturels à la Métairie au détriment du centre-ville, la conseillère du district Cascades, Sylvie Adam, a voté contre l’octroi des deux nouveaux contrats.

image