26 avril 2012
Prolongement des égouts
La Ville s’en tient au plan de 2006
Par: Le Courrier
Le maire de Saint-Hyacinthe était accompagné des conseillers Donald Côté et Brigitte Sansoucy pour annoncer les décisions du conseil concernant le réseau d'égout.

Le maire de Saint-Hyacinthe était accompagné des conseillers Donald Côté et Brigitte Sansoucy pour annoncer les décisions du conseil concernant le réseau d'égout.

Les propriétaires du boulevard Laframboise, de la rue des Seigneurs Est et du chemin Saint-Louis qui souhaitent être raccordés au réseau d’égout municipal devront continuer de se fier à leurs propres installations sanitaires pour le captage et l’épuration de leurs eaux usées.

La Ville de Saint-Hyacinthe ne donnera pas suite aux demandes de desserte en provenance de ces secteurs et s’en tiendra aux interventions qui avaient été ciblées en 2005-2006, a annoncé en conférence de presse le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier.

« Après avoir analysé la possibilité d’offrir une desserte en égout sanitaire dans les secteurs à faible densité du boulevard Laframboise, Petit Rang et Rang des Petits étangs, de la rue des Seigneurs Est, entre les voies ferrées du CN et la Décharge des Douze et de l’avenue Saint-Louis, au sud de la rue des Seigneurs, les membres du conseil municipal ont choisi, après une étude sérieuse, d’assurer le respect des orientations du plan directeur de prolongement du réseau sanitaire », a déclaré M. Bernier, entouré des membres du comité de travail créé par le conseil à l’automne 2011 pour analyser les projets de desserte des secteurs en question. Parmi les éléments pris en compte par le comité, il y a le fait que la densité de la population est relativement faible dans les trois secteurs, que la répartition des frais imposés aux riverains serait très inégale d’une propriété à l’autre et que plusieurs d’entre elles sont déjà dotées d’équipements sanitaires réglementaires. La Ville craint aussi les inconvénients d’une intervention sur une route provinciale, le chemin Saint-Louis et le boulevard Laframboise étant des tronçons de la route 137. Le maire Bernier a précisé qu’elle devrait « travailler hors chaussée et en dehors de l’emprise du ministère des Transports du Québec, ce qui oblige l’obtention de servitudes de construction et d’entretien pour l’aménagement d’une conduite d’égout sanitaire, en plus d’être confronté à de nombreux défis techniques ». Comme la Ville avait déjà décidé de ne pas prolonger le réseau d’égout vers ces secteurs, elle avait avisé tous les propriétaires concernés en juin 2006 que leurs installations sanitaires devaient rencontrer les normes de la réglementation municipale en la matière. « Il y a des citoyens qui ont choisi de se conformer et il faut protéger ces gens-là des pressions de voisins qui veulent avoir l’égout. Je ne me voyais pas leur demander de payer deux fois », a confié la conseillère du district Saint-Sacrement, Brigitte Sansoucy.À ce propos, le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, a signalé que dans la portion du boulevard Laframboise qui ne sera pas desservie, 22 propriétés sur 52 sont équipées d’installations sanitaires conformes à la réglementation; une trentaine de propriétaires devront donc moderniser leur système de traitement des eaux usées. Selon M. Bilodeau, l’installation d’une conduite peut coûter en moyenne entre 17 000 $ et 19 000 $ à chaque riverain, soit l’équivalent du prix de nouvelles installations sanitaires. Mme Sansoucy a mentionné que même si ce sont les riverains qui absorbent la majeure partie des frais d’installation d’une conduite d’égout, par la suite, les coûts d’entretien et de remplacement sont assumés par l’ensemble des contribuables. « Un mètre d’égout ajouté, c’est un mètre de plus à entretenir plus tard. Nous, on doit voir plus loin que notre terme de quatre ans. Les actions qu’on pose aujourd’hui auront un impact dans l’avenir. »Son collègue du district Sainte-Rosalie, Donald Côté, a souligné quant à lui que le prolongement des services dans un secteur à caractère rural comme le sien crée une situation particulière du fait que les fermes ne sont pas mises à contribution. « Et j’ai toujours dit à mes concitoyens que moi, j’ai un souci d’équité », a-t-il dit.La Ville prévoit que les travaux de prolongement du réseau d’égout inscrits au plan directeur 2005-2006 seront complétés d’ici la fin de 2013. Les derniers projets seront réalisés cette année sur le boul. Laurier Ouest et les rues Étienne-Racine, Réal et Pierre-Leclerc, puis en 2013 rue Saint-Pierre Ouest, aux Impasses du Bord-de-L’eau, du Neuf, de l’Oiselet et dans les avenues Scott et Tarte, lesquelles seront dotées d’une conduite reliée à un système d’épuration collectif.

image