15 août 2013
Conventions collectives
La Ville veut des accords avant les élections
Par: Le Courrier

Menant de front des négociations avec ses employés cols blancs, cols bleus et ses pompiers pour le renouvellement de conventions collectives de cinq ans qui ont pris fin le 31 décembre 2011, la Ville de Saint-Hyacinthe aimerait bien mettre un terme à l’exercice avant l’arrivée de la période électorale.

« Nous ne sommes pas en guerre avec ces groupes d’employés. Nous avons la volonté d’en venir à une entente avant la dissolution du conseil », a indiqué la directrice générale adjointe, Chantal Frigon, à l’issue de la séance du conseil du 5 août.

Comme le conseil municipal qui a été constitué en 2009 ne pourra siéger qu’en cas de force majeure à partir du 4 octobre à 16 h 30, il lui reste peu de temps pour conclure les négociations avec succès avant la campagne électorale et le scrutin du 3 novembre.Jusqu’ici, le seul signe d’impatience dans les négociations en cours est venu des cols bleus. Après 26 séances de négociation, les cols bleus ont tout récemment décidé de manifester leur mécontentement en déclenchant une grève des heures supplémentaires. Dans leur cas, le seul point sur lequel un désaccord subsiste concerne le régime de retraite. Mme Frigon a souligné que quatre ou cinq dates avaient été arrêtées pour la poursuite des négociations avec les cols bleus avant l’échéance électorale, et que le sujet était à l’ordre du jour de la réunion plénière des membres du conseil qui aura lieu le 19 août.Interrogé sur la façon dont progressent les négociations avec les employés syndiqués, le conseiller Alain Leclerc, qui siège à la commission de retraite de la Ville, a expliqué qu’il ne pouvait s’en faire une opinion précise puisque ni lui, ni aucun autre élu ne siègent au comité de négociation. « On nous transmet des rapports sur une base régulière, mais je n’ai aucune idée de ce qu’on va nous dire le 19 août. Nous n’avons aucune prise sur les négociations; elles sont menées par la direction générale à partir d’un certain nombre de critères que nous avons établis avant », a-t-il expliqué.Croit-il que des accords pourront être conclus avant la période électorale? « Ça, c’est la question à cent dollars. Si ça se règle avant, on sera bien heureux, sinon, c’est le prochain conseil qui reprendra le dossier. Mais avec un nouveau maire et quelques nouveaux conseillers, ça pourrait prendre une tournure différente. Pour les employés, il y a un risque », estime-t-il.M. Leclerc considère enfin que la question du régime de retraite constitue un enjeu primordial pour la Ville de Saint-Hyacinthe en raison de l’importance des déficits actuariels. « Dans ce dossier-là, c’est une danse à deux qu’on fait. Si on ne trouve pas de terrain d’entente, on s’en va carrément dans le trou avec ça. »

image