14 mars 2013
Lacasse décroche un contrat historique
Par: Jean-Luc Lorry

Le Groupe Lacasse spécialisé dans la fabrication de mobilier de bureau vient de décrocher le plus important contrat depuis ses débuts en 1956.

Publicité
Activer le son

L’entreprise située à Saint-Pie fabriquera les meubles du futur Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Un contrat de 3,4 M$.

« Nous venons de faire une entrée par la grande porte au CHUM. Ce contrat représente un avantage pour les appels d’offres à venir », indique avec satisfaction Sylvain Garneau, chef de la direction et président du conseil d’administration du Groupe Lacasse.Selon lui, cette importante commande représente environ 25 % des besoins du futur complexe hospitalier en mobilier de type institutionnel.Fin avril, le Groupe Lacasse commencera la fabrication de produits destinés à meubler des postes de travail, une cafétéria ainsi que des salles prévues pour des rassemblements et la lecture.« Pour ce projet, nous avons dépassé les exigences du client en proposant une collection de meubles quasi sur mesure », précise M. Garneau.La gestion de ce projet s’échelonne sur une trentaine de semaines comprenant la finalisation des dessins, la fabrication et l’installation. Le mobilier doit être livré entre les mois de mai et septembre. Sylvain Garneau concède que les délais de production sont assez serrés. « Cette commande nous tiendra occupés, mais nous sommes prêts. Il n’y aura pas d’impact sur le délai de livraison de nos autres clients », assure le chef de la direction du Groupe Lacasse.

Embauche en vue

Ce contrat nécessite l’embauche d’une vingtaine de personnes qui seront affectées sur les lignes de production de l’usine de Saint-Pie. L’entreprise compte plus de 400 employés.

Le marché principal du manufacturier demeure les États-Unis qui représentent 70 % des ventes. « Nous y fabriquons principalement du mobilier pour les secteurs commercial et institutionnel. Nous souhaitons une baisse du dollar canadien qui favoriserait nos coûts de fabrication », indique M. Garneau. Rappelons qu’en 2012, le fondateur de l’entreprise Guy Lacasse et son fils Robin avaient acquis 50 % des parts détenues par la multinationale américaine Haworth. La seconde moitié des actions avait été achetée par Sylvain Garneau.

image