5 décembre 2019
Accord du Bureau de la concurrence
L’acquisition de F. Ménard renforce Olymel
Par: Jean-Luc Lorry

Olymel élargit sa gamme de produits de viande de porc en mettant la main sur l’intégrateur F. Ménard. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

En autorisant l’acquisition de l’intégrateur F. Ménard par le transformateur de viande Olymel, le Bureau de la concurrence du Canada donne naissance à un géant québécois de l’industrie porcine qui disposera d’importants actifs pour se distinguer davantage sur la scène internationale.

Publicité
Activer le son

La Coop fédérée et ses divisions Olymel et Sollio Agriculture mettent ainsi la main sur l’ensemble des actifs de F. Ménard dans le secteur du porc excluant celui de la volaille.

Cette acquisition majeure dans le domaine alimentaire québécois avait été annoncée en juillet par les entreprises impliquées.

La transaction regroupe principalement, une usine d’abattage, de découpe et de désossage située à Ange-Gardien (une capacité d’abattage de 25 000 porcs par semaine), un établissement d’emballage et d’entreposage à Saint-Jean-sur-Richelieu (5000 palettes de produits congelés) et un centre de production de bacon à Henryville. Une importante flotte de transport devient aussi la propriété d’Olymel, dont le siège social est basé à Saint-Hyacinthe.

Cette transaction inclut également 1,1 million de porcs élevés dans plus de 300 fermes. Ce vaste cheptel représente plus de 15 % de la production porcine québécoise.

« Les perspectives d’avenir de cette transaction sont emballantes. Ensemble, nous serons encore mieux outillés pour créer un nouvel axe de croissance, relever les défis des marchés, mettre en valeur la filière porcine, servir nos clients avec des produits de qualité et faire face à la concurrence », a indiqué par voie de communiqué Réjean Nadeau, président-directeur général d’Olymel.

La division agricole de La Coop fédérée, Sollio Agriculture, acquiert de F. Ménard deux meuneries situées respectivement à Saint-Pie et à Ange-Gardien ainsi que des installations d’entreposage et de séchage de grains de Sainte-Brigide-d’Iberville.

Le montant de cette acquisition, qui sera effective le 6 janvier 2020, n’a pas été divulgué.

Satisfaction chez F. Ménard

F. Ménard a été fondée en 1961 par Fulgence Ménard. Trois générations d’entrepreneurs se sont succédé à la tête de cette entreprise familiale qui compte aujourd’hui plus de 1200 employés.

« Le Bureau de la concurrence vient d’autoriser une transaction qui représentait la solution optimale pour que l’entreprise dans laquelle notre famille a mis tout son cœur depuis près de 60 ans continue de croître. […] Je veillerai à une transition harmonieuse au cours des prochaines semaines », a mentionné Luc Ménard, directeur général de F. Ménard.

La direction d’Olymel précise que Luc Ménard va demeurer dans l’entreprise une fois la transaction complétée.

« Je suis persuadé que cette transaction nous permettra de continuer de servir nos clients avec des produits d’excellence et de poursuivre des relations d’affaires mutuellement fructueuses avec nos fournisseurs », souligne également M. Ménard.

F. Ménard exporte dans plus d’une trentaine de pays, dont la Chine. À titre comparatif, Olymel vend ses produits dans 65 pays.

Cette acquisition réjouit Ghislain Gervais, président du conseil d’administration de La Coop fédérée. « Deux fleurons du secteur de la production et de la transformation agroalimentaires vont désormais unir leurs forces pour se développer au sein de La Coop fédérée et repousser les limites de leurs marchés respectifs », a commenté M. Gervais.

À l’instar des autres produits qui appartiennent à Olymel, comme les saucisses La Fernandière ou les charcuteries La Tour Eiffel, la marque de commerce F. Ménard perdurera au sein du géant de l’agroalimentaire.

image